dimanche 23 février 2014

Sujets du 24 février 2014

Proverbe/citation du jour
« On dit qu'au fond d'une urne habite l'espérance ; Au fond d'un pot de vin cherchons notre assurance. » -Edouard Pailleron


Enverdeurs emmerdeurs devant les commerces de la Haute-Gaspésie
Après avoir pris connaissance de ce que j'ai entendu durant la fin de semaine, j'en regrette d'avoir été totalement immobilisé chez moi par une opération relative à une hernie inguinale que j'ai subie mardi dernier. 

L'opération m'a obligé à passer plusieurs jours chez moi, sans bouger, afin de récupérer, et ce n'est que dimanche que j'ai pu prendre ma voiture et visiter des amis.  C'est la raison pour laquelle ne m'arrête sur ce sujet qu'aujourd'hui. Sinon, vous en auriez entendu parler avant!

Source
Vendredi dernier, en marge des diverses manifestations contre l'exploitation pétrolière au Québec, des enverdeurs de la Haute-Gaspésie se seraient postés devant des établissements commerciaux de la région pour vendre leur salade verdoyante et sans huile...

Dans un des commerces, un employé envoyé par la direction a demandé aux manifestants de cesser d'importuner la clientèle. Je comprends très bien une personne en affaires de vouloir chasser quiconque est susceptible de faire fuir sa clientèle. D'ailleurs, cela me fait penser que cela pourrait être fort intéressant que d'organiser une campagne de sensibilisation pour l'exploitation pétrolière sous le nez des granolas du genre, en face d'une de leurs entreprises subventionnées, ou lors d'une de leurs fêtes champêtres, pour leur rendre la monnaie de leur pièce!

Pour en revenir à ce qui s'est passé vendredi dernier, j'aurai bien aimé me faire gosser de la sorte par un granola du coin en allant m'acheter du pain, il aurait su ma façon de penser subito presto et aurait constaté que ce ne sont pas tous les citoyens qui sont incapables de répliquer à leurs arguments gnan-gnan!

Contrer l'exploitation pétrolière à Gaspé?

Contrer l'exploitation pétrolière à Anticosti? 

À ce qu'on m'a raconté, le message véhiculé par ces enverdeurs ne semble que très peu intéresser le public de la Haute-Gaspésie. Peu de clients des commerces visés ont pris le temps d'en apprendre plus, après s'être fait remettre un tract, la plupart ne s'arrêtaient pas plus longtemps que cela.

Je me demande aussi quel métier pratiquent les manifestants anti-pétrole non seulement en Gaspésie, mais ailleurs, pour se permettre de manifester ainsi, en plein jour, alors que tellement d'autres contribuables doivent être au travail et ne pourraient prendre du temps pour militer de la sorte...

Se pourrait-il que les plus «granolas» parmi nous n'aient pas un emploi «normal»? Se pourrait-il qu'ils puissent manifester de la sorte d'abord parce qu'ils vivent du BES ou qu'ils sont sur le chômage, ce qui leur permettrait d'agir comme ils le font?

Sinon, comment peuvent-ils expliquer la possibilité qu'ils ont de remettre des tracts devant divers commerces de la Haute-Gaspésie durant une journée de la semaine, alors que tellement d'autres travailleurs, parmi eux beaucoup de gens ne s'opposant pas au pétrole, n'en ont tout simplement pas le temps? 


Les contradictions de Pauline
"Les contradictions de Pauline", une compilation d'images de Péquistes.Info :







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire