samedi 30 novembre 2019

Le 30 novembre 2019

Proverbe/citation du jour
“I have a friend request from some stranger on facebook and i delete it without looking at the profile because that doesn't seem natural. 'cause friendship should not be as easy as that. it's like people believe all you need to do is like the same bands in order to be soulmates. or books. omg... U like the outsiders 2... it's like we're the same person! no we're not. it's like we have the same english teacher. there's a difference.”-David Levithan


De 2280 à 264
J’ai effectué un grand ménage dans ma liste de contacts (je ne dis pas « amis ») Facebook durant la semaine. De 2280 personnes, elle est tombée à 264. Procédez de la sorte, si vous vous sentez disposé(e) à le faire, vous allez certainement constater à quel point les relations virtuelles ne valent absolument rien face à celles du vrai monde.

En agissant ainsi, je me suis rendu compte à quel point nous ajoutons ou gardons des personnes sans que cela ne soit vraiment nécessaire. J’ose espérer, si vous vous apercevez que votre nom a été retiré de ma liste, que vous ne le prenez pas comme étant une attaque à votre endroit.

Même si une personne n’est plus « amie », il demeure toujours possible de communiquer avec elle, au besoin et cette personne peut aussi toujours nous rejoindre.

Il est bon de vérifier de manière régulière le dossier « Demandes de messages » de votre compte Facebook, car il se peut que des messages envoyés par des utilisateurs souhaitant communiquer avec vous s’y retrouve, et que vous les ratiez. Mon travail dans le domaine immobilier m’amène à vérifier ce dossier quotidiennement, ce n’est donc pas un problème en ce qui me concerne, mais je sais que d’autres ne vérifient jamais cette section et s’aperçoivent avoir reçu un message parfois une année et même deux ou plusieurs autres après qu’il eut été envoyé (je me surprends ici, je n’utilise à peu près jamais le passé antérieur quand j’écris!)

Diverses alternatives à Facebook existent. Nous les oublions trop souvent. J’y reviendrai, éventuellement.