dimanche 6 novembre 2016

Le 6 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“Toute réponse est aussi une question.”-Yvon Rivard


Une militante importante de Québec solidaire aurait-elle été victime de harcèlement sexuel au sein du parti?
Émilie Guimond-Bélanger (source)
Se pourrait-il qu’au moins une histoire de harcèlement sexuel touche Québec solidaire? 

En nous basant sur des déclarations d’une militante et ex-candidate du parti émises en novembre 2014 sur Twitter, cela est chose possible. 

La jeune dame en question est Émilie Guimond-Bélanger. Vous constaterez ici bas qu'elle a occupé des fonctions importantes au sein de la formation politique, avec de nombreuses preuves à l'appui.

Selon les informations disponibles dans la section publique de son compte LinkedIn, la jeune femme de la région de Québec a étudié en travail social à l’Université Laval, où elle a aussi oeuvré à titre de présidente d’assemblée de la CADEUL et au sein du Centre de recherche multidisciplinaire en violence familiale et en violence faite aux femmes. 

Elle s’est également impliquée dans la Ligue des droits et libertés, de même que dans la section de Québec de Jeunesse Canada Monde.

Émilie Guimond-Bélanger a milité pendant plusieurs années au sein de Québec solidaire. Selon sa biographie disponible sur Wikipédia, la collaboration a débuté en 2007.



Informations tirées de LinkedIn

En 2008, elle a été candidate dans la circonscription de Beauce-Nord, comme on le mentionne en la présentant dans le vidéo qui suit, datant de mars 2011 :




En 2010, elle a pris publiquement la parole, en compagnie entre autres de François David et Amir Khadir, pour commenter son arrestation, à Toronto, lors d’une manifestation anticapitaliste lors du somment du G8-G20. Elle s’est rendu sur place via la CLAC (Convergence des luttes anticapitalistes). Voici un vidéo à ce sujet :




Ce texte datant de 2015 donne des détails à propos de son arrestation.

Elle a remplacé temporairement Françoise David comme porte-parole de la formation, plus précisément de mai à juillet 2011. L’annonce a été faite le 27 mars 2011, quand madame David s’est retirée pour écrire un livre :



Le 10 juin 2011, elle était en compagnie d’Amir Khadir pour dresser un bilan de la session parlementaire pour Québec solidaire :



Elle a également pris la parole le 22 juin 2012, lors d’une manifestation étudiante, à Québec, à titre de membre du Comité de coordination nationale de Québec solidaire :



Un autre vidéo, cette fois en réponse à la question d’une citoyenne à propos de l’île d’Anticosti. Cette vidéo date du 4 août 2012, alors qu’elle était candidate de QS dans Jean-Talon, dans la région de Québec :



Voici un autre vidéo datant du 16 août 2013, où on l’aperçoit cette fois avec Gabriel Nadeau-Dubois et Mélissa Mollen-Dupuis, lors d’un Sommet des jeuns, au collège Ahuntsic, «Comment les jeunes peuvent influencer la politique» :



Émilie Guimond-Bélanger ne semble plus militer aussi activement pour Québec solidaire, car on ne retrouve que peu de traces publiques de sa participation aux activités de la formation politique après 2013.

Comment peut-on expliquer cette coupure apparente soudaine? Le compte Twitter de la militante nous donne une réponse potentielle dans un échange de messages qui a eu lieu en novembre 2014 :











Quelle est l’organisation politique à laquelle elle fait référence, en écrivant avoir été victime de harcèlement sexuel, en ayant dit « Non » à quatre reprises? Se pourrait-il qu'il s'agisse de Québec solidaire?

La question pourrait certainement être posée, non seulement à cette jeune dame, mais aussi à la direction du parti au sein duquel elle a occupé d'importantes fonctions.

Également, comment peut-on expliquer le silence total des militantes féministes suite à ces deux "tweets" d'Émilie Guimond?

2 commentaires:

  1. Les GAUCHISTES ne peuvent supporter de se faire dire NON... Imaginez entre eux! Quelle bande de tarés!

    RépondreSupprimer