vendredi 12 octobre 2012

Sujet du 12 octobre 2012

  Proverbe/citation du jour
"Quand on ne pense pas à ce que l'on dit, c'est qu'on dit ce que l'on pense." -Jacinto Benavente (1866–1954)


Est-ce que la vue d'un bout de sein dans un tel contexte vous offusque????

Allaitement glamour
De prime abord, en voyant la photo de promotion de la semaine mondiale de l'allaitement maternel présentant Mahée Paiement maquillée, en tenue de soirée et en talons hauts, en train de donner le sein à sa petite fille âgée de neuf mois, j'ai trouvé le tout... toton.

Toutefois, en prenant un peu de recul, je me dis que cette campagne, véhiculant un concept créé par Mahée Paiement elle-même, est une grande réussite, parce qu'elle fait la promotion de l'allaitement de manière efficace en attirant l'attention et en suscitant des réactions, tout en nous permettant aussi de constater, une fois de plus, à quel point il y a des gens hypocrites, frustrés et pognés dans leurs bobettes/shorts au Québec.

Qu'y a-t-il de plus naturel pour une mère que de nourrir son enfant de la sorte? Je n'y vois absolument rien de mal et s'il y avait une Madame P.A. dans le décor, je n'aurais aucune objection à ce qu'elle nourrisse Mini P.A. ainsi. Je ne serais pas jaloux non plus à l'idée que d'autres hommes aperçoivent le sein de Madame P.A. posant un geste du genre.

Nous croyons que des situations se produisant ailleurs en Amérique du Nord, comme la fois où une dame, qui allaitait son bébé dans une allée d'un grand magasin de Vancouver, s'est fait demander par un employé d'aller dans un coin plus discret du magasin pour le faire, parce que cela dérangeait des clients, ça ne concerne que des Anglos constipés. Or, il n'en est rien. Il y en a aussi des madames québécoises pure laine qu'une situation du genre offusque. Je l'ai déjà vu dans un centre d'achat à Matane, alors que je me suis attardé quelques minutes pour observer les réactions des gens qui circulaient près d'une mère et de son nourrisson. Des regards croches, il y en avait croyez-moi, et pas seulement de la part de vieilles madames du style «grenouille de bénitier».

À Vancouver, des mamans se sont passé le mot, et finalement, une dizaine d'entre elles sont retournées avec leur enfant dans le même magasin pour le faire toutes en même temps. Ce geste-choc a sensibilisé des gens, au même titre que la campagne orchestrée récemment ici au Québec.

Vrai que la photo de Mahée Paiement et de son bébé ne fait pas naturel, vrai que ce ne sont pas toutes les mères qui allaitent en talons hauts, mais ladite campagne brise une image stéréotypée. Quand vous pensez allaitement, pour votre part, n'avez-vous pas vous aussi le réflexe de vous imaginer que l'allaitement est «grano» et n'est pratiqué que par des espèces de hippies habillées en vêtements tricotés et en sandales, avec les cheveux sales?

En ramenant le balancier à l'autre extrême, Mahée Paiement et l'équipe de promotion réussissent un bon coup, parce qu'on nous rappelle ainsi que les femmes au milieu, les femmes « ordinaires », peuvent aussi allaiter leur bébé et que cela est tout à fait naturel et normal pour tout le monde.

Finalement, se pourrait-il que parce que c'est une belle femme comme Mahée Paiement qui fait la promotion, cela provoque de la jalousie chez des femmes frustrées de ne pas avoir un physique aussi attrayant que le sien?

1 commentaire:

  1. Quand un publicitaire n'a pas assez d'argent pour s'offrir le poids média nécessaire à l'efficacité de sa campagne, il embauche Mahée Paiement et il créé un concept ou on peut imaginer un bord de sein...!

    Le reste est de l'histoire. Le sexe et la controverse sont de puissants outils en publicité. Il faut juste avoir l'esprit ouvert et la morale élastique et le tour est joué.

    Imaginez la valeur de poids média avec tout ce qui s'est dit et qui va se dire sur cette campagne ?

    Mahée sera à TLMEP dimanche.

    Quel tour de force !

    Bravo à ceux qui ont imaginé ce scénario. Il fonctionne à merveille.

    On devrait les embaucher pour faire une campagne de sécurité routière auprès des jeunes 18-24 ans !

    RépondreSupprimer