dimanche 11 mars 2018

Le 8 mars 2018

Proverbe/citation du jour
« La pensée d'un homme est avant tout sa nostalgie. »-Albert Camus


«Daisy BB Red Ryder»
Un bout de l’histoire de P.A. pour vous en ce jour, et vous risquez d’avoir quelques surprises.

Je n’ai pas grandi dans un foyer où la chasse est une tradition. Mon père n’a jamais possédé d’armes à feu. Tout ce que j’ai connu, plus jeune, ce sont les armes chez mon grand-père Lepage, sans jamais pouvoir en utiliser une. J’ai cependant hérité de ses deux dernières armes, qui m’ont été données en 1997, soit un fusil de chassse à un coup C.I.L. de calibre .410, et une Cooey Model 39 au canon usé. En fait, ce n’est qu’en 1996, à Wemindji, que j’ai tiré pour la première fois avec une arme à feu, un .12 à pompe, grâce à un enseignant qui m’en a appris sur plein de sujets, Laszlo, un immigrant hongrois qui a fuit son pays lors de l’Insurrection, en 1956.

Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que j’ai fait une demande pour un permis de possession et d’acquisition d’armes et j’ai acquis mes premières armes de poing pour tirer en salle en 2004.

J’ai quand même appris à tirer à la carabine à l’âge de 12 ans, en 1983, grâce à une Daisy BB Red Ryder que mon père m’a acheté au magasin Handy Andy local (« chez Pinel » pour les gens de mon coin). L’arme a coûté une trentaine de dollars, et elle a survécu jusqu’en 1988, lorsque la pompe a lâché. Je l’ai démontée pour en découvrir le mécanisme et elle a pris ensuite le chemin de la poubelle. J’avais entre temps eu en cadeau une autre arme, une carabine à plomb de calibre .177, un modèle à un coup dont on « casse » le canon, elle aussi démontée suite à un bris, et j’ai encore une vieille imitation de M-16 qui tire à la fois des plombs BB et des plombs parachutes que j’ai eue en 1985.




Combien «d’expéditions » en forêt se sont déroulées avec ces armes à air comprimé? J’avoue avoir tué quelques oiseaux et quelques tamias rayés avec mes armes (je n’en suis pas fier du tout avec le recul) mais je ne crois pas non plus que cela m’a transformé en être violent et sanguinaire.

En ce jour de mon 47e anniversaire, j’ai décidé de renouer avec le passé, en m’achetant une nouvelle Daisy BB Red Ryder. De nos jours, le coût est de $70!

Je vois plus en mon acquisition un objet de décoration qu’un article pour pratiquer le tir, quoique lorsque le temps viendra d’initier les enfants les plus jeunes de la famille au maniement sécuritaire des armes et au tir, ma « Red Ryder » sera décrochée du mur!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire