jeudi 29 novembre 2012

Sujet du 29 novembre 2012

-->Proverbe/citation du jour
"Je ne sais pas ce que peut être la conscience d'une canaille, mais je sais ce qu'est la conscience d'un honnête homme : c'est effrayant." -Abel Hermant (1862–1950)


Quand c'est un «PQ», un « QS », un vert ou un gauchiste, le crime est toujours moins grave
Daniel Breton a annoncé plus tôt ce matin sa démission à titre de ministre de l'Environnement mais il a aussi indiqué qu'il conserve malgré tout son poste de député du PQ. Sans vouloir en dire plus aux journalistes, le ministre démissionnaire a dit : «Je sais ce que c'est perdre un emploi, de perdre son ‘‘appart'' et de se demander si on va avoir un repas sur la table.»

Une fois encore, on constate que lorsqu'un PQ, un QS, un vert ou un gauchiste (pour ne nommer que ceux-là) se fait prendre les culottes basses, c'est toujours moins grave que si c'est un PLQ ou tout simplement une personne « de droite ».

Il me semble clair que Breton joue la carte du gars « qui fait pitié » pour sauver la face, pourtant, ce même gars a posé les gestes qui suivent :

  • Il a fait l'objet de plusieurs contraventions pour excès de vitesse au point d'en perdre son permis en 1997 et a même vu son permis révoqué (et il a continué d'utiliser sa voiture malgré tout);
  • Il a payé une amende de 400$ pour ne pas avoir envoyé sa déclaration de revenus en temps;
  • Il a été condamné à 300$ d'amende pour avoir commis des infractions à la loi sur l'assurance-chômage en 1988;
  • Il n'a pas payé son loyer de novembre 2008 à décembre 2009 et il doit encore 7000$ au propriétaire

En plus, on parle présentement de possibilités d'ingérence de sa part dans le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) et il doit comparaître en commission parlementaire sur le sujet.

Est-ce que cet individu est digne d'un poste de ministre, voire même d'un poste de député? En ce qui me concerne, NON. Daniel Breton devrait quitter l'Assemblée nationale, aussi simple que cela.

Daniel Breton - Agence QMI
Des milliers de personnes au Québec ont de la difficulté à joindre les deux bouts sans bénéficier du salaire et des contacts qu'a le ministre démissionnaire mais ces citoyens ordinaires, qui paient le salaire de Breton, paient leur loyer, leurs contraventions et remplissent leurs autres obligations. Cela aurait été la moindre des choses pour le principal individu concerné, de régler ses comptes impayés dès le moment de son élection, au lieu de promettre de le faire aujourd'hui, histoire de donner l'exemple aux citoyens et de prouver qu'il est honnête et intègre.

Est-ce que les autorités du PQ avaient déjà connaissance de ces taches noires du passé dans le dossier de Daniel Breton avant de l'accepter comme candidat dans Sainte-Marie-Saint-Jacques? C'est tellement drôle de voir les Péquistes aller aujourd'hui. Alors qu'hier ils s'attaquaient à des gens associés au PLQ en les accusant de corruption et de divers maux, aujourd'hui ils excusent des gestes de nature similaire de la part des leurs.

C'était à prévoir, dès le moment où on a annoncé la nouvelles dans les médias à commencer sur le site de la société Radio-Canada, nombreux ont été les commentaires « positifs » à son endroit, pour défendre un « pauvre » qui a au moins la dignité de démissionner immédiatement, un « vrai gars du peuple » qu'on peut excuser parce qu'il ne fait pas partie du 1% , cette clique de riches qui polluent et volent le peuple allègrement. On peut même lire dans les commentaires d'une nouvelle de la SRC à son sujet que l'on a pas à remonter si loin que 1998 pour trouver des bibittes aux membres du PLQ. Je me demande encore d'ailleurs, en constatant une fois encore le deux poids deux mesures qu'on retrouve si souvent dans la section des commentaires de de l'auditoire sur le site Web de la SRC, si les modérateurs et journalistes portent des lunettes de gauche ou bien si le site est accaparé par des gauchistes, voire même une combinaison des deux, mais là n'est pas le point principal doit traiter le présent billet.

Imaginez si c'était un Libéral ou une personnalité de ce que l'on appelle « la droite » qui avait posé exactement les mêmes gestes que Daniel Breton. Ces mêmes personnes qui l'excusent si bien n'hésiteraient pas pour le « traîner dans la bouette sur des milles et des milles.» Rappelez-vous de l''ex-député libéral Georges Mamelonet, qui s'est fait démolir pour une affaire de permis de pêche à l'oursin qu'il n'avait pas. Rappelez-vous du traitement que lui ont réservé les gauchistes...

Croyez-vous qu'on traite vraiment tous les gens, citoyens ordinaires comme élus, sur le même pied d'égalité, en lien avec les bibittes qui se cachent dans leur placard, selon qu'ils soient de gauche ou de droite au Québec?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire