mercredi 5 octobre 2016

Le 5 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
« Un jugement trop prompt est souvent sans justice. »-Voltaire


Quand on demande au renard de compter les poules, à quoi pouvons-nous nous attendre?
Le 13 septembre 2013, alors qu’il circulait sur son terrain de Saint-Mathieu-du-Parc, Thao Neth a aperçu un mouvement dans la forêt. Croyant que c’était un orignal, il a saisit son fusil de calibre .12 et s’est lancé à la poursuite de l’animal. Plus loin, croyant qu'il avait devant lui une perdrix, il a fait feu.

Thao Neth est un adepte de la chasse (Photo courtoisie)

Il s’est retrouvé en quelques instants gisant sur le sol, blessé par une balle à l’épaule et entouré de policiers qui l’ont menotté. Il a par la suite été transporté d’urgence via hélicoptère dans un centre hospitalier.


Semble-t-il que les policiers en question, des membres du Groupe tactique d’intervention, se trouvaient sur le terrain quand ils croyaient y trouver une plantation de marijuana. Un des agents se croyant menacé a tiré vers Thao Neth en pensant que c’était un gardien de plantation.

Un procès lié à cette affaire se déroule présentement à Trois-Rivières. Thao Neth est accusé d'avoir déchargé intentionnellement son arme à feu sans se soucier de la vie ou de la sécurité d'autrui, d'avoir eu en sa possession un fusil de calibre .12 et une carabine de calibre .22 dans un dessein dangereux et enfin, d'avoir utilisé son fusil de façon négligente.



J’ai bien hâte de prendre connaissance de la suite de cette histoire. S’il est vrai que Thao Neth chassait le gibier en-dehors de la période de chasse et qu’il n’aimait pas que des gens circulent sur son terrain, cela ne justifie en rien qu’il soit accusé, à mon avis du moins, parce qu’il était sur son propre terrain et qu’il est clair qu’il n’agissait pas de manière à menacer autrui.

Le permis d'armes à feu du chasseur d'origine vietnamienne a été révoqué le 9 mars 2015. Monsieur Neth a présenté une demande pour que cette décision soit retournée, sans succès toutefois

Une balle de la SQ a frappé cet arbre (photo courtoisie)

La police étant impliquée dans cette affaire, avec derrière elle l’appareil étatique, Thao Neth fait face à un géant qui dispose de moyens disproportionnés pour s’en prendre à lui. Lorsque des bavures policières se produisent, on demande à la police d’enquêter sur la police, c’est comme si on demandait à un renard de compter les poules.

Vivement qu’on crée une véritable « police des polices » au Québec, pour enquêter lorsque des histoires du genre se produisent. Thao Neth n'est pas blanc comme neige, car il y a effectivement eu dans le passé des frictions avec des voisins, et l'accusé a un passé de causes civiles qui laisse présager qu'il a un caractère impulsif, mais une situation du genre peut aussi toucher d'autres citoyens plus "doux" que lui.

Cependant, nos corps policiers, quoi qu’on en dise, on beaucoup de poids quant au choix de la personne qui occupe le siège de ministre qui leur est associé. Rien ne dit même que le pouvoir d’enquête dont disposent les corps policiers soit utilisé de manière à ce que la question d’une « police des polices » soit abordée.

J’espère que Thao Neth remporte ce procès. Une cause au civil suivra, le principal intéressé m’en a informé hier, via Facebook.


Un tiroir en coin
Un tiroir de cuisine original. Il suffisait d'y penser!

Source



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire