mardi 17 octobre 2017

Le 16 octobre 2017

Proverbe/citation du jour
« Education is a weapon whose effects depend on who holds it in his hands and at whom it is aimed. »-Staline


Tueries de masse et communisme
J’avais l’intention d’utiliser cette citation pour présenter ce billet : « A single death is a tragedy; a million deaths is a statistic. » Celle-ci est attribuée à Staline. Or, en effectuant une recherche rapide, j’ai découvert qu’il n’en est pas l’auteur.

Il demeure tout de même vrai qu’un simple décès est une tragédie, et des millions de morts une statistique. Nos médias et notre système éducatif nous rappellent des tueries comme celle qui s’est récemment produite au Texas, tout en ignorant totalement des millions de morts liées au communisme.

Voici ma source d’inspiration pour ce billet :




Une traduction : « S’il y avait 54 tueries de masse chaque jour, et que 50 personnes étaient tuées lors de chacune, et que cela se produisait durant 100 ans, cela équivaudrait au nombre de personnes tuées par le communisme au cours du 20e Siècle. »

Est-ce vraiment le cas? Allons-y d’un calcul rapide :

54 tueries x 50 personnes x 365 jours x 100 ans = 98 550 000 morts.

Les estimés quant au nombre de morts provoqué par les communistes au 20e Siècle varient. Vous pouvez si le coeur vous en dit consulter le Web pour vous faire une idée à ce sujet. Je retiens ici une source française citée dans cet article, en ce qui concerne le total de morts :


  • USSR -- 20 million
  • Vietnam -- 1 million
  • North Korea -- 2 million
  • Cambodia -- 2 million
  • Eastern Europe -- 1 million
  • Latin America -- 150,000
  • Africa -- 1.7 million
  • Afghanistan -- 1.5 million
  • Communist movements, parties not in power – 10,000
Le nombre total calculé dans cet article revient à 94 360 000 morts.
Il y a encore malgré tout des gens qui croient que le communisme est un solution à nos problèmes de société!

Vous aurez d’autres informations sur le sujet ici et .

Concernant les tueries de masse et le contrôle des armes à feu, vous connaissez déjà ma position sur le sujet : un meilleur contrôle des malades mentaux éviterait bien plus de tueries qu’un contrôle des armes, parce qu’un peuple désarmé est une victime facile pour un dictateur.