lundi 20 mars 2017

Le 20 mars 2017


Proverbe/citation du jour
“Le printemps est inexorable.”-Pablo Neruda


Bon printemps 2017!
Le printemps débute aujourd’hui! Cela ne veut pas dire pour autant que la neige et le froid vont disparaître comme par magie, mais nous allons dans la bonne direction!



Tenez, j’en profite pour vous présenter une page Web où on donne tous les détails sur les saisons. On y apprends par exemple que l’hiver qui vient de se terminer a duré 88 jours 23 heures et 45 minutes!!!



R.I.P.  "Trente Sous"
J'ai appris en après-midi le décès, le 12 mars dernier, de Raynald Guérin. Ce nom ne vous rappelle probablement personne, mais si je vous dit "Trente Sous", un flot de souvenirs d'un personnage coloré qui a habité à Sainte-Anne-des-Monts pendant plusieurs années vous revient à l'esprit, n'est-ce pas? Tout comme vous, ce n'est qu'aujourd'hui que je découvre comment il s'appelait véritablement. Malheureusement, il aura fallu qu'il décède pour que cela se produise.

Raynald "Trente Sous" Guérin
Vous le saviez déjà, Raynald Guérin était un handicapé mental, un adulte avec un esprit d'enfant, un personnage qui n'était pas méchant du tout.

Ceux et celles qui ont connu les belles années de l'équipe de hockey Junior B Les Montagnards (de 1978 à 1984) se souviennent de l'avoir croisé à l'aréna, ou ailleurs, dans la région environnant Sainte-Anne-des-Monts.

Il était nommé "Trente Sous" parce qu'il éprouvait une passion pour la monnaie. Il pouvait vous chanter "Ô Canada" pour une pièce de 25 cents par exemple.

Je me souviens encore de la première fois où j'ai entendu parler de lui. C'était un jour d'été où il a fait peur (sans en avoir l'intention) à ma cousine, qui était âgée de sept ou huit ans, tout au plus. Elle faisant semblant de conduire la voiture de l'oncle Alain dans le stationnement de la maison familiale. Trente Sous croyait sûrement qu'elle courait un danger si elle mettait le véhicule en marche. C'est la raison pour laquelle il tentait de l'arrêter, en gesticulant à l'extérieur du véhicule. Ce dernier se rendait peut-être alors à la cantine de Jacques Tanguay, qui était située tout près à cette époque, afin de s'acheter une "tite liqueur rouge", parce que, comme il le disait si bien, c'était "bon pour son sang". Ma cousine a eu peur sur le coup, mais a vite appris à l'apprécier, comme beaucoup d'autres.

Une autre fois, Trente Sous est passé au magasin People's, où mon père était gérant, pour s'acheter un rasoir électrique. Bien entendu, il l'a payé... en monnaie. Je me souviens encore lorsque la secrétaire du magasin a lancé un appel à l'intercom pour demander à des employés de venir compter le petit change sur un comptoir afin que Trente Sous puisse réaliser son achat.

Sur la page "Tu viens de Sainte-Anne-des-Monts quand...", où j'ai partagé initialement la nouvelle, diverses personnes racontent des anecdotes à son propos. C'est la raison pour laquelle ce texte subit des modifications depuis sa mise en ligne initiale.

Par exemple, une dame rappelle qu'un jour il lui a demandé trente sous pour s'acheter une "liqueur aux fraises", de la marque Fanta à part ça!

Il n'y a pas qu'au magasin People's que Trente Sous payait avec des pots de petit change. Il l'a aussi fait au magasin Continental (qui est de nos jours un Rossy) et à la quincaillerie Keable. Jean-Paul Gaumond nous rapporte qu'il y a acheté un gros coffre de métal rouge, toujours avec de la monnaie...  :)

Selon des informations qui me parviennent, toujours via Facebook, Raynald Guérin était originaire de La Malbaie et serait arrivé à Sainte-Anne-des-Monts en 1976. Il habitait un foyer de groupe et travaillait au "Compas", un atelier spécial dans lequel des personnes handicapées de la région travailaient.

Trente Sous est disparu de Sainte-Anne-des-Monts durant les années 1980 ou au début des années 1990. J'ai entendu dire qu'il avait été victime d'un autre accident (une chute de la boîte d'une camionnette) et qu'il avait été placé dans une famille dans la région de Gaspé. L'avis de décès indique qu'il vivait à Rivière-au-Renard, cela pourrait donc être vrai. Un autre lecteur me confirme l'avoir croisé à Gaspé il y a plusieurs années, et là-bas aussi on l'appelait "Trente Sous".

Martin Vallée, de Sainte-Anne-des-Monts, l'a croisé Trente Sous à Gaspé, à la fin du mois de mars 2016, et il a pris la photo suivante, où vous pouvez le voir avec sa "tite liqueur". Je le remercie de partager avec nous :


Raynald "Trente Sous" Guérin, à Gaspé, le 31 mars 2016. Remarque la "tite liqueur" (Martin Vallée)


La légende locale dit que Trente Sous était, selon certaines sources, un notaire, et selon d'autres, un comptable. Il aurait tout perdu et qui serait par la suite devenu fou. J'ai personnellement entendu dire qu'il était comptable et que sa famille était décédée dans un accident de voiture qui l'avait rendu handicapé. Une lectrice m'a communiqué que tout cela est faux. Raynald Guérin était handicapé de naissance. Je suis toujours à la recherche d'informations supplémentaires à vous faire connaître à son sujet. Si vous en avez, n'hésitez pas à me les communiquer.

Raynald Guérin était à un mois de son 78e anniversaire à son décès.

Comme c'est le cas de trop de gens, hélas, il aura fallu que la personne décède avant que nous apprenions une multitude de détails à son sujet et que nous lui rendions hommage. 

R.I.P. Trente Sous. Nous gardons tous de bons souvenirs de toi!

Des détails supplémentaires sur son service sont disponibles ici.

3 commentaires:

  1. Qui n'a pas connu 30 sous......Quel bel hommage vous lui rendez....Merci

    RépondreSupprimer
  2. Il vivait encore à Rivière-au-Renard et ici on le nommait "petit pas" car il n'allait pas très vite. Il avait une attirance incroyable pour les bijoux qui brillaient beaucoup. Il a cessé de fumer il y a quelques années déjà et nous répétait sans cesse " fume pu moé!" ou bien nous disait " j'te connais toi!"...il était un personnage adorable et il va aussi nous manquer le beau Raynald.

    RépondreSupprimer
  3. Dans un autre Québec, plus chrétien mais, après analyse, plus tolérant,chaque petite communauté avait son "idiot". Il était objet de charité et occupait de petits boulots. Tous le connaissait et l'aimait sans avoir peur de sa différence. Où sommes-nous maintenant ???

    RépondreSupprimer