samedi 21 janvier 2017

Le 20 janvier 2017

Proverbe/citation du jour
“Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt.”-Proverbe Chinois


« Chaque torchon a sa guenille » à ce qu’on dit...
Une Québécoise de 23 ans, Karine Gagné, est présentement emprisonnée aux Bahamas. Elle a été arrêté pour avoir eu des relations sexuelles avec un jeune garçon de 15 ans durant une croisière. Raphaël Blouin, son conjoint depuis six mois, lui donne son entier support.

Karine Gagné et Raphaël Blouin (Facebook)


Comme le rapporte la journaliste Karine Bourassa, les deux parents de Karine Gagné n’ont pas eu de retour du consulat canadien. La famille a déjà déboursé $2500 américains pour des frais d’avocat. Ces dépenses pourraient s’élever jusqu’à $15 000. Une campagne de sociofinancement a permis d’amasser jusqu’ici $4000. Le bureau du député de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes, est également intervenu.

S’il y en a qui sont disposés à payer de leur poche pour aider Karine Gagné à revenir au pays, tant mieux. Je ne vois pas pour ma part en quoi les contribuables canadiens et québécois devraient payer pour aider une mère de trois enfants, représentante d’une compagnie de produits érotiques, assez idiote pour tromper son chum resté à la maison avec un jeune de 15 ans pendant une croisière dans le Sud.

Une lectrice de ce blog soulève un point auquel je n'ai pas pensé en plus : rien ne dit qu'au cours de ce voyage, la dame en question n'a pas couché avec d'autres hommes. Ce n'est peut-être pas le cas, mais une tromperie est déjà de trop, et en plus, si la personne accusée était un homme, le comportement ne serait pas plus excusable.

Bien sûr, tout citoyen canadien emprisonné à l'étranger doit avoir accès à un minimum de services d'assistance, même cette dame, mais on n'a pas affaire ici à une personne gardée de force par un régime oppresseur... Donc, je ne vois pas en quoi on devrait faire plus que ce minimum dans le cas présent.

Le chum actuel de Karine Gagné (qu’il fréquente depuis six mois) et le père des trois enfants la supportent. Chaque torchon a a guenille, à ce qu’on dit...

Les personnes les plus à plaindre dans cette histoire sont les trois enfants qui ont à souffrir de la stupidité de tous ces adultes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire