mercredi 24 août 2016

Le 23 août 2016

Proverbe/citation du jour
“Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait.”-Henri Estienne


Si vous avez grandi durant les années 1970 ou 1980...
Je suppose que c’est un phénomène tout naturel pour une génération que de se croire supérieure à celles qui les a précédés et celles qui vont la suivre.

Toutefois, je regarde ce qui suit, je compare mon enfance à celle des enfants actuels, et en tentant de demeurer aussi objectif que possible, je plains les jeunes d’aujourd’hui sur plusieurs plans :


Je vois nombre de jeunes (des adultes aussi) se déplacer, le nez rivé sur leur « téléphone intelligent » et j’en ressens un profond découragement. Mon travail m’oblige à porter en tout temps deux cellulaires sur moi, un pour chaque entreprise, mais je ne touche pas aux textos, ni à l’Internet via mes appareils, et je ne veux rien savoir de tout cela. Mon portable et ma tablette qui demeurent à la maison me suffisent amplement.

Tout est devenu trop facile, et la facilité engendre la paresse, autant physique que mentale.

J’ai un flashback de la situation des médias en Haute-Gaspésie à l’époque...

Il n’y avait même pas la télévision câblée à Sainte-Anne-des-Monts, pas avant l’automne 1985 en tout cas, nous n’avions donc, via les oreilles de lapin, que Radio-Canada sur le canal 8, et d’autres qui disposaient d’une antenne pouvaient écouter CFER sur le 11, avant qu’un nouvel émetteur sur la Côte-Nord nous y donne accès via le 5. Radio-Québec s’est aussi ajouté via le 12.

Le journal Le Riverain n’est apparu qu’en 1986 si ma mémoire est bonne, avec Le Soleil qui était livré aux portes des maisons et que j’ai commencé à lire graduellement à 10 ou 11 ans.

Côté radio, il y avait CJMC sur le 1490, avec une programmation locale bien plus étendue et variée que de nos jours, avec aussi Radio-Canada sur le 1340. Une radio à cristal reçue en cadeau de mon oncle Alain quand j’étais encore au primaire est un des plus beaux cadeaux que j’ai eus à l’époque.

C’est ainsi que j’ai commencé à m’informer pour ma part.

Et vous?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire