jeudi 2 février 2017

Le 2 février 2017

Proverbe/citation du jour
“Qui dit un mensonge en dit cent.”-Proverbe français


« On vous croit »
Gerry Sklavounos

La Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) conclut, à la lumière du rapport d’enquête du Service de police de la Ville de Québec, qu’aucun acte criminel n’a été commis.

Ce sont les nombreuses contradictions dans le témoignage d’Alice Paquet qui ont mené la DPCP à fermer le dossier. 

Votre humble blogueur a diffusé une primeur, le 21 octobre dernier, en dévoilant le passé de prostituée de la jeune accusatrice, pour se faire à son tour bombarder par des féministes qui voyaient là une « excuse pour le violeur ». 

La question que nous devons nous poser, maintenant, c’est à savoir si Alice Paquet sera poursuivie à son tour, pour tous les torts qu’elle a causés à Gerry Sklavounos et à sa famille. 

Rosalie Genest (Photo : Amaury Paul)

Je crois bon de rappeler qu’un autre homme, qui désire demeurer dans l’anonymat, a subit le même traitement, de la part de Rosalie Genest, une autre jeune dame qui a déclaré avoir été violée publiquement, lors de la sortie d’Alice Paquet. Voici un vidéo de l’événement :


Alice Paquet mentionne dans le vidéo « qu’on protège les agresseurs . » Se pourrait-il que ce soit plutôt parfois aussi des menteuses qui sont protégées, et que cela est plus fréquent que nous ne pouvons le croire?

Comme je l’ai plusieurs fois mentionné, je crois que les hommes qui commettent un viol doivent être punis par la justice, mais je crois aussi qu’on doit punir les femmes qui mentent en lançant de fausses accusations de viols et de violence conjugale et qui ainsi brisent la vie d’hommes.

Gerry Sklavounos a réagi comme suit, par voie de communiqué (la partie en français est reproduite ici bas) :


Réaction de Gerry Sklavounos à la décision du DPCP de ne porter aucune accusation suite aux allégations rendues publiques en octobre 2016
Montréal, le 2 février 2017 – En réaction à la décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales de ne porter aucune accusation suite aux allégations rendues publiques dans les médias au mois d'octobre 2016, le député de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos, a déclaré ce qui suit: 
 
«C'est avec soulagement et satisfaction que ma famille et moi avons accueilli la décision du DPCP de ne pas porter d'accusations suite aux allégations rendues publics au mois d'octobre dernier. 
 
Dès le premier instant, j'ai maintenu mon innocence qui se voit aujourd'hui confirmée par cette décision. 
 
Je tiens à remercier mon épouse et mes enfants, les autres membres de ma famille, l'Association libérale de Laurier-Dorion, ma loyale équipe de circonscription, mes fidèles électeurs, mes nombreux amis, ainsi que Maître Frank Pappas pour leur confiance et appui durant cette période particulièrement éprouvante. 
 
J'aimerais aussi exprimer ma gratitude au Service de police de la Ville de Québec et au DPCP pour leur travail professionnel, rigoureux et impartial. Cette affaire maintenant close, je compte reprendre pleinement, et le plus rapidement possible, mes activités au nom des citoyens de Laurier-Dorion qui m'ont accordé ce quatrième mandat de les représenter à l'Assemblée nationale.»

1 commentaire:

  1. Les fondements du féminisme hystérique au Québec ainsi que plusieurs autres pays sont simples: mensonges et manipulations. Éternelles frustrées de leur condition, elles ragent dans le déni.

    RépondreSupprimer