dimanche 11 décembre 2016

Le 10 décembre 2016

Proverbe/citation du jour
“Le malheur commence quand les mots ne se suffisent pas à eux-mêmes.”-Alain Veinstein


Si j’avais à recommencer mon parcours académique...
« Si j’avais à recommencer mon parcours académique... »

Il est facile de parler ainsi, avec le recul. N’empêche que oui, justement, si j’avais à recommencer, ou si j’avais à faire la moindre suggestion à des gens plus jeunes que moi, quant à une formation à suivre, elle irait dans le sens qui suit :





Remarquez bien, la personne qui écrit le texte présentement sous vos yeux a complété un baccalauréat en enseignement du français au secondaire qui lui a permis d’obtenir une autorisation permanente d’enseigner non seulement au Québec, mais également à Terre-Neuve-et-Labrador, mais aussi 27 des 30 crédits nécessaires pour un certificat en administration de niveau universitaire, en plus d’une AEC en programmation, sans oublier un D.E.S., et un D.E.C. en sciences humaines. J’ai enseigné dans diverses écoles, autant au niveau primaire qu’au niveau secondaire, à titre d’enseignant généraliste, de 1994 à 2006. Ce cumul de formation me permettait d'avoir un meilleur salaire quand j'étais prof, mais je n'ai jamais eu une cenne noire de l'heure en plus à cause de ma scolarité comme animateur radio ou dans les autres emplois que j'ai occupés.

Ce qui me fait le plus rire, c'est quand j'entends un étudiant qui a une maîtrise en sciences molles se lamenter de ne pas trouver d'emploi autre que comme commis dans un restaurant. La réalité te saute en pleine face bonhomme, mais tu ne veux pas la reconnaître : ton diplôme qui t'as coûté des milliers de dollars ne vaut RIEN, et si tu souhaites exprimer ta colère, au lieu de gueuler contre les grandes compagnies ou contre un gouvernement qui veut augmenter les frais de scolarité ou couper des programmes, tu devrais plutôt confronter les profs gogauches qui t'ont endormi durant des années en te faisant croire que ton diplôme te permettrait de décrocher la Lune!

Je ne crois pas que des études supérieures rendent une personne plus intelligente. Au contraire, dans une multitude de situations, elles ne font que renforcer sa stupidité, surtout si la personne concernée étudie en sciences molles (ou dans un domaine lié à la biologie, si elle évolue dans le domaine des sciences.)

Dans le courant des années 1980, le secteur professionnel a été détruit, chez nous en Haute-Gaspésie comme ailleurs, parce qu’on s’en servait comme une voie de garage pour des cas disciplinaires, en forçant des étudiants talentueux qui auraient pu y réussir à aller à des niveaux supérieurs. Nous en payons encore le prix et nous le paierons longtemps encore.

Durant les dernières années où j’ai enseigné, je me suis fait un devoir de suggérer fortement aux jeunes d’envisager des études dans un D.E.P., un niveau qui était démonisé au moment où j’étais moi-même étudiant au secondaire. Compléter un D.E.P. n’exige qu’une année de plus au secondaire. Ajouter une technique et cela ne veut dire qu’une année de plus qu’un D.E.C. qui ne vaut rien en tant que tel comparativement à une technique. Cela ne veut dire en tout que deux années d’études en plus pour une personne qui compléterait finalement un B.A.C., une maîtrise ou un doctorat.

Cela n’est rien en lien avec la durée d’une vie, mais un gars qui a complété un cours de sept mois comme monteur de lignes peut gagner bien plus dans sa vie qu’un diplômé en sciences molles de niveau universitaire, que cela plaise aux grands penseurs de notre société ou non.

À vous de juger ce que nous devrions placer en priorité en terme de formations professionnelles en Haute-Gaspésie!

1 commentaire:

  1. Le système actuel "d'éducation" est complètement obsolète. Le dernier clou dans le cerceuil a été réalisé par Bernard Landry & Matante Pauline Marois. La seule utilité des sciences molles est de perpétrer le lavage de cerveau des faibles pour en faire des communistes grégaires. La valeur des diplômes d'aujourd'hui ne vaut pas grand chose...

    RépondreSupprimer