lundi 24 octobre 2016

Le 24 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“L’opinion publique est un tyran.”-Proverbe français


Un texte d’Alice Paquet publié par Le Devoir
Le Devoir publie aujourd’hui une lettre d’opinion d’Alice Paquet « Elle n’a pas l’air d’une fille qui s’est fait violer. » 



En voici quelques extraits :

« J’ai en effet perdu le contrôle sur l’histoire, les faits et leur interprétation : alors que j’avais été présentée d’abord comme une fille confuse, puis comme une ex-prostituée, tout était mis en œuvre pour éroder la force et la crédibilité de ma parole. Ce qui me choque, c’est qu’on ait fouillé dans ma vie privée pour y repérer des détails qui n’ont servi qu’à détourner l’attention publique de l’agression dont j’ai été victime et à camoufler l’enjeu principal — en l’occurrence la banalisation et la minimisation systématiques des violences sexuelles à l’endroit des femmes. »

J’en suis désolé, mais j’ai plutôt l’impression que par ses actions, Alice Paquet érode elle-même sa propre crédibilité.

Pour ce qui est de sa « vie privée », la jeune dame ne semble malheureusement pas comprendre que lorsque l’on devient une personnalité publique, notre « vie privée » ne l’est plus, du moins pas autant qu’auparavant.

Ensuite :

« Un article du Journal de Québec indique effectivement que des « révélations troublantes » à mon propos sont parues à la suite des recherches d’un blogueur. On y apprend notamment que j’ai déjà été escorte, comme si une telle information avait une incidence sur le bris de consentement dont j’ai été victime, à l’instar de tant de femmes. Cette intrusion dans ma vie privée ne m’apparaît pas seulement comme du voyeurisme déplacé, mais constitue bien le prolongement d’une longue tradition de dénigrement des femmes qui osent parler de sujets tels que le viol ou le harcèlement, en public comme en privé. »


Alice Paquet reconnaît avoir travaillé comme escorte, et ici encore on ne peut même pas parler d’intrusion dans sa vie privée, car elle a elle-même publiquement donné ces informations lors d’une conférence au cégep F.X. Garneau. Mes recherches (car je suis le blogueur auquel elle fait référence) sont uniquement basées sur des informations qu’elle a diffusées de son plein gré.

J’ai indiqué clairement dans mon billet que le fait qu’Alice Paquet ait peut-être rencontré Gerry Sklavounos à titre de prostituée ne change rien au fait que s’il a abusé d’elle contre son gré, il doit en subir les conséquences en justice.

Je ne banalise pas non plus la violence faite aux femmes (pas plus que la violence exercée à l’endroit de quiconque, quel que soit le sexe de la personne ou son orientation sexuelle). Je crois que c’est aussi le cas de la large majorité des gens qui s’expriment sur le sujet présentement au Québec, même si nous n’adhérons pas tous à l’idéologie de femmes comme Alice Paquet.

Une question pour conclure : est-ce qu’Alice Paquet a écrit ce texte elle-même? Je crois que non. Il s’agit plus selon moi de l’oeuvre de personnes du mouvement dans lequel elle est impliquée.

6 commentaires:

  1. Le socialisme et une de ses tentacules, le féminisme, n'est basé que sur des mensonges instaurés comme étant véridiques. Alice Paquet, ainsi que ses acolytes de QS et autres, ne sont que les idiotes utiles d'un système bien rodé afin de détruire l'ordre social et semer le chaos.

    RépondreSupprimer
  2. Dude, t'es juste une marde qui ne sais pas de quoi il parle. Je voit pas le rapport entre le fait qu'elle ait déjà été escorte et son droit de refuser une relation sexuelle. Même si elle offrait ses services à ce moment (ce que l'on ne sait pas) il est toujours dans son droit de retirer son consentement et ce même si le client a payé. Je ne comprend pas ton raisonnement de merde et même si je me doute bien que tu vas retirer mon commentaire je m'en fou, je te fais savoir ce que la plupart des gens penses de toi. Allez, il ne te reste qu'à fermer ta gueule et de repenser à 2 fois à ce que tu publie sinon je t'invite à suivre ces instructions toutes simples: http://www.tuxboard.com/photos/2013/10/votre-opinion-cul-640x754.jpg

    RépondreSupprimer
  3. On banalise les propos ! Encore une autre fois... En quoi le mouvement qui la soutient, ne pourrait pas l'aider à écrire sa lettre alors qu'elle représente plusieurs cas de femmes qui ont eu peur de parler? En quoi cela discrédite ces propos? Aux dernières nouvelles, plusieurs premiers ministres font écrire leurs discours et on ne leur porte pas tort pour autant... -Une doctorante de l'Université Laval qui est solidaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé un extrait audio du Docteur Pierre Mailloux qui discute de ce sujet. http://radioego.com/ego/listen/24516

      Supprimer
  4. Déçu qu'un professeur (ou ex-professeur) couillonne une étudiante qui a participé à une table-ronde sur la prostitution, suggère qu'elle est ou ait été une "escorte", etc.
    La question n'est pas qu'elle soit une escorte ou non, mais qu'elle ait refusé une relation sexuelle.
    Comme le dit si bien Michelle Obama sur le "trumpist", when someone gets low, you must get high.
    Désolant de la part d'un professeur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant Bill Clinton est allé aussi low et la presse est complice de ce silence...

      Le caricaturiste Henry Payne a imaginé si Trump avait été démocrate, le traitement médiatique aurait été le même? http://www.henrypayne.com/index.php/2016/10/cartoon-trump-as-a-democrat-2.

      Supprimer