vendredi 21 octobre 2016

Le 21 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“Le temps révèle toute chose.”-Tertullien


Alice Paquet, qui accuse le député Gerry Sklavounos de l'avoir violée, l'a-t-elle rencontré à titre de prostituée?
Alice Paquet, une étudiante de 21 ans de Québec originaire de Dolbeau, au Lac-Saint-Jean, accuse un député provincial de l’avoir violée à deux reprises, en 2014, alors qu’elle travaillait dans un restaurant fréquenté par l’élu. Cette déclaration a été faite mercredi soir, lors d’un rassemblement intitulé « Sans oui c’est non!» à Québec, alors qu’elle était sur scène en compagnie de la coordonnatrice du Comité Femmes du cégep F.X. Garneau, Rosalie Genest. Le vidéo qui suit provient de la page Facebook de madame Genest :



Nous avons appris depuis que le député en question est Gerry Sklavounos. Ce dernier a été expulsé du caucus libéral. L’élu clame son innocence.


Gerry Sklavounos
La jeune dame s’est confiée à Anne-Marie Dussault, de Radio-Canada. Elle mentionne durant l’entrevue avoir été agressée sexuellement mais elle aurait attendu jusqu’au mois de mars 2016 avant de porter plainte contre le député. Le long délai pour porter plainte s’explique selon elle par le fait qu’on l’aurait dissuadée de dénoncer l’élu.

Je note quelques points dans cette même entrevue avec Anne-Marie Dussault, à savoir qu’Alice Paquet aurait rencontré Gerry Sklavounos à deux reprises, et ce malgré le malaise qu’elle aurait eu suite à une première invitation dans la chambre de celui-ci.

Le député l’y aurait invitée pour parler de politique dans un milieu autre que celui où travaillait l’étudiante du cégep F.X. Garneau, mais elle avait alors ses règles, selon ses dires, ce qui n’aurait pas fait reculer le député dans ses tentatives d’avoir des contacts sexuels avec elle.

Alice Paquet (CBC)
Pourquoi a-t-elle rencontré une seconde fois le député après une première mauvaise expérience. La jeune dame semblait aussi éprouver une attirance à son endroit, malgré des opinions politiques divergentes, comme elle le déclare aussi dans l’entrevue?

Concernant la tendance politique de la jeune dame, je serais porté à croire qu'elle milite pour Québec solidaire, comme beaucoup de dames impliquées dans le mouvement féministe, mais ceci est une spéculation de ma part.

Le Journal de Québec donne d’autres détails ici.

Alice Paquet déclare aussi souffrir de problèmes psychologiques. Ceux-ci l’affectaient-elle déjà avant qu’elle croise Gerry Sklavounos?

Pourquoi Alice Paquet a-t-elle cessé ses démarches auprès de la police lors des deux viols, y aurait-il un autre motif caché derrière son recul à ce moment?

J’ai effectué une recherche au sujet d’Alice Paquet via Internet. La jeune dame a fréquenté le cégep F.X. Garneau et y a participé à diverses activités, notamment une conférence sur la prostitution, « Le désir qui coûte cher », qui a eu lieu le 22 mars dernier. Elle y était conférencière. Notez qu’Alice Paquet est présentée comme étant aussi membre du « Comité Femmes de l'AGECFXG » :

Une capture de la page en question


En quoi Alice Paquet avait-elle les connaissances pour agir à titre de conférencière sur un sujet comme la prostitution?

Est-elle une travailleuse ou ex-travailleuse dans le domaine?

J'ai décidé de creuser davantage. C'est dans un document émanant du cégep F.X. Garneau que j'ai trouvé une bribe d'information qui semble indiquer que oui.



"Alice Paquet, ex-prostituée et membre active du comité."

Notez qu'il peut s'agir d'une erreur de la part des personnes qui ont écrit ledit bilan, mais cela est quand même possible : Alice Paquet pourrait avoir été une prostituée, d'autant plus qu'elle a animé une conférence sur le sujet, ce qui laisse présager qu'elle aurait de l'expérience dans le domaine.

Se pourrait-il qu’Alice Paquet se soit rendue dans la chambre du député non pas comme employée du restaurant, mais à titre de prostituée sollicitée par l’homme?

Cela pourrait aussi expliquer pourquoi elle l'a rencontré à deux reprises, malgré la tournure de la première rencontre, et l'hésitation de la victime à porter plainte en justice, car en agissant de la sorte, le grand public aurait été mis au courant de ses activités comme travailleuse du sexe.

Qu’il y ait eu prostitution ou non, rien n’excuse le député Gerry Sklavounos s’il a effectivement forcé Alice Paquet à avoir des rapports sexuels avec lui. Dans un tel cas, il doit être puni à une juste mesure en fonction de son crime.

Cependant, je crois que le député a droit à la présomption d’innocence, comme toute personne accusée d’un crime. Malheureusement, les personnes pour qui il est coupable sont déjà nombreuses.

Avant de nous emporter, nous devrions laisser l’enquête suivre son cours. Il se pourrait bien que d’autres détails qui pourraient être dévoilés sur cette histoire nous amènent à en avoir une perspective bien différente.

Voici finalement une autre page où on obtient d’autres détails sur Alice Paquet , « Nous sommes féministes », via Tumblr :



12 commentaires:

  1. Et malheureursement, avec vos révélations, l'inverse aussi se produit actuellement. "C'est une pute, elle est menteuse, etc"
    Elle aurait vraiment dû consulter un avocat après sa dénonciation et avant de donner les entrevues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo , d'avoir sortie ce que les autres n'ont pas oser sortir. N'en demeure pas moin que le temps des ti-coq cochon Représentant un compté, c'est terminé! Pauvre Mr.Krostrolos.

      Supprimer
    2. Qu'elle se soit prostitué ou non, elle a le droit de coucher avec qui elle veut, comme j'ai le droit d'aider un ami ou un autre même si j'ai gagné un gros montant à la loterie. Si mon $ m'appartient que dire de mon corps!

      Supprimer
    3. Je pense qu'on analyse mal la situation . Je comparerai plus cela à j'ai gagné à la loterie . Je le donne à un de mes amis et finalement je vais dire au policier qu'il m'a volé .

      Supprimer
  2. Juste une question de même, mettez JF Lisée dans la même situation que Gerry Sklavounos, a-t-il droit au même traitement médiatique?

    Si c'est Lisée, les médias auraient le même discours qu'on a eu sur Cloutier: mettons la pédale douce, laissons la justice faire son travail, n'interférons pas avec la justice et on censurerait tous les dérapages du public.

    RépondreSupprimer
  3. Beau travail M. Beaulieu. Pourquoi au juste se présente t-elle comme administratrice au Cégep Garneau?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une raison bien simple à cela Math : les conseils étudiants des cégeps et des universités sont assez souvent merci noyautés par des militants radicaux de gauche qui utilisent la position et le pouvoir pour faire passer leur agenda. Le Printemps Érable en a été une belle preuve non?

      Supprimer
  4. Ça resemble a l'histoire de "Mattress Girl" aux Etats-Unis. C'est n'importe quoi cette Alice Paquet...

    RépondreSupprimer
  5. Ça ressemble à l'histoire de "Matress Girl" des Etats-Unis, la fille qui avait fait à semblant de s'être fait violé, mais qui par la suite on a découvert qu'elle avait elle-même tout fait pour revoir son "agresseur" et qu'elle avait tout inventé, elle devait avoir honte cette Alice Paquet, ça ne tient pas debout sa version.

    RépondreSupprimer
  6. Alice Paquet ou la prostituée hypocrite au service de QUEBEC SOLIDAIRE

    RépondreSupprimer
  7. faudrais pas oublier que les fédéraliste vont toute faire pour abaissé le témoignade de cette femme

    RépondreSupprimer
  8. Dan
    Alice fait probablement dans le SM.
    A propos de l'AEC et FX Garneau a l'époque des carré rouge un AG a u lieu un dimanche soir après la session pour qu'il change d'association étudiante le corum étais au minimum (40-60 sur 3 000 étudiant ??à vérifier) on a manipulé les étudiants.

    RépondreSupprimer