mercredi 19 octobre 2016

Le 19 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.”-Swami Vivekananda


Pascal Bérubé, vendeur de chars
Ayant été occupé toute la journée dans mes diverses activités en immobilier, ce n’est qu’en rentrant chez moi en soirée que j’ai découvert cette caricature qui m’a bien fait rire :

Pascal Bérubé, vendeur de chars… (Source)

La caricature en question fait référence au fait que le député de Matane-Matapédia a participé à une publicité de concessionnaires de la région de Matane et que son chef, Jean-François Lisée, l’a rabroué à ce sujet.

C’est une première à ce que je sache, car c’est la première fois que Pascal Bérubé fait l’objet d’une caricature, et par Chapleau, en plus.

Je suppose que le principal intéressé doit « mâchouiller » en voyant ladite caricature, aussi souciant de sa belle image qu’il est.

Pendant ce temps, sur sa page Facebook, il vante ses mérites, sans mentionner le moindre détail des critiques qu’il a subies au cours des derniers jours, notamment suite à son renvoi d’un attaché politique de son bureau d’Amqui ou bien les détails relatifs à sa participation à une publicité de concessionnaires automobiles. On peut par exemple voir ceci sur sa page :



Il y a aussi une autre page Facebook (je ne suis pas bloqué sur celle-là mais je ne peux y émettre de commentaires, bizarre non?) sur laquelle l’image de couverture met en valeur les nouvelles fonctions du député de Matane-Matapédia :



« Leader parlementaire de l’opposition officielle » hein? Ne vous souvenez-vous pas, gens de Matane-Matapédia, que ce même député vous a affirmé, via les médias, dans le passé, que sa priorité n’était pas le rang qu’il occupe, mais plutôt de servir les citoyens de sa circonscription? Dommage, je ne trouve pas ce soir d’articles portant sur le sujet.

Je me souviens d’une occasion où, via le journal L’Avantage, le député (qui était alors ministre du Tourisme) se vantait de « braver la tempête » pour servir ses électeurs (facile quand on a un chauffeur payé par les contribuables pour s’occuper du tout non?)

Rappelez-vous toutes les annonces via son budget discrétionnaire où il dit "donner" alors qu'en réalité il s'agit de l'argent du peuple...

Rappelez-vous aussi de toutes les annonces où Pascal Bérubé disait travailler à la problématique de la pénurie de médecins et des dentistes, en Haute-Gaspésie. Rien n'a jamais avancé en la matière, via celui qui est le nouveau leader parlementaire du PQ.

Ce même député a, à plusieurs reprises, parlé des difficultés de servir les citoyens d’une circonscription comme la sienne, vu sa superficie et le nombre de villes et villages.

Si Pascal Bérubé tient tant à servir d’abord les citoyens qui l’ont élu, pourquoi vise-t-il un poste aussi prestigieux au sein du PQ?

Ce même Pascal Bérubé a dans le passé dit qu’il demeurerait neutre dans la course à la chefferie, mais finalement, il a appuyé Jean-François Lisée. Rappelez-vous, Pascal Bérubé est toujours du bon côté, ce même Pascal Bérubé qui s’est dit tenté par la course à la chefferie, mais qui a rapidement changé son capot de bord en sentant -fort probablement- qu’il n’avait pas le vent de son bord.

Vous pouvez vous-même fouiller sur le Web et vous aurez sous vos yeux une multitude de preuves que le député de Matane-Matapédia n’est qu’un Kid Kodak (vendeur de chars dans un certain sens) qui ne vit uniquement que pour son image et qui n’amène absolument rien de plus que ce que produit un député très ordinaire en terme de travail.

Je conclue ce billet comme bien d’autres auparavant, en lien non seulement avec Pascal Bérubé, mais aussi avec tellement d’autres élus : si les médias n’étaient pas aussi complaisants, si le système scolaire faisait bien son travail, y’a des politiciens qui ne seraient jamais élus, et à mon avis, Pascal Bérubé fait partie du lot (comme Justin Trudeau).

La caricature de Chapleau ne donne peut-être rien d'autre qu'un triste portrait de la réalité, à savoir que malgré les belles apparences, Pascal Bérubé n'est qu'un vendeur de minounes qui ne livre pas une marchandise à la hauteur de ce qu'il promet, pour ne pas dire qu'il ne livre rien du tout, ou presque.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire