mercredi 22 juin 2016

Le 22 juin 2016

Proverbe/citation du jour
« Tant qu'il y aura des hommes qui ne se contenteront pas de cueillir les fruits sur les arbres ou de taper sur des tam-tams pour appeler la pluie, et qui décideront d'utiliser leur intelligence pour dépasser le rôle de simples parasites de l'oeuvre de Dieu, la science ne disparaîtra pas. »-Félix J. Palma



Une autre belle preuve que les « granos » opposés au pétrole sont des parasites
Ce billet est essentiellement une suite à celui d'hier portant sur les opposants à l'exploitation pétrolière en Gaspésie qui marchent présentement autour de la péninsule, ceux que je me plais à appeler affectueusement, tout comme bien d'autres gauchistes, « hippies », « granolas » ou bien tout simplement « gogauches ».

Un autre terme qui s'applique à mon avis très bien à eux est le suivant : «PARASITES».

Selon Wikipédia, un parasite est un : "organisme vivant qui vit aux dépens d'un autre organisme (l'hôte)."

Nos chers opposants aux hydrocarbures qui sont actuellement de passage dans la région n'aiment pas les voitures qui fonctionnent avec du pétrole. Quoi qu'il en soit, ils en utilisent quand même eux aussi, notamment en quêtant des « lifts » aux autres et en demandant de l'aide pour obtenir un « trailer », ou bien pour trouver un véhicule avec une « boule de trailer » pour transporter leurs bagages :






C'est là un autre parfait exemple du parasitisme des gogauches, qui chignent contre le système, mais qui sont les premiers à quêter les autres pour leur temps, leur argent et leurs ressources, et ce au nom de la « justice sociale ».

Si vous n'aimez pas le pétrole, pourquoi ne transportez-vous pas vos bagages sur votre dos ou bien avec une charrette tirée par un cheval, un chien, ou par les membres de votre groupe, au lieu d'utiliser un voiture qui brûle l'or noir?

J'aimerais bien voir aller ces manifestants s'ils devaient totalement se priver de tout ce qui est directement ou indirectement lié au pétrole. En reprise, voici une image présentée dans mon billet d'hier :


Pendant que j'y suis, j'ai une bonne suggestion de documentaire pour vous, autant les anti-pétrole que les pro-pétrole...

Dans une série intitulée « Aftermath », History Television a produit un épisode dont le titre est « World Without Oil », une anticipation de ce que serait la vie sur Terre si toutes les réserves d'or noir situées dans le sous-sol disparaissaient soudainement.



Suite au visionnement de ce documentaire, j'en viens presque à me demander si cela ne serait pas une bonne chose que nous vivions un crash économique majeur, du genre qui obligerait nos grands idéalistes à se cracher dans les mains pour vraiment vivre en autarcie, en cultivant la terre et en coupant leur bois pour chauffer leur maison.

Ceux-ci ne chanteraient probablement pas la même chanson et ils passeraient probablement moins de temps à marcher comme ils le font. Je mettrais même ma main dans le feu qu'ils seraient les premiers à venir quêter ceux qu'ils dénoncent aujourd'hui ou bien à demander à l'État de les dépouiller pour qu'ils se nourrissent, toujours au nom de leur chère "justice sociale".

Remarquez bien, je suis l'un des premiers à croire que nous devons réduire notre dépendance au pétrole, en employant d'autres ressources, comme les carburants bio, l'hydroélectricité, l'énergie solaire, et même des ressources « sales », mais utilisées de manière contrôlée, comme le nucléaire ou le charbon, de même que d'autres avenues potentielles, comme le thorium, qui est possible, ou bien la fusion à froid, qui pourrait le devenir, mais je crois tout de même que le pétrole ne pourra être remplacé à court et à moyen terme, d'autant plus qu'il est utilisé dans une multitude d'autres aspects de nos vies, ce que nos chers granos ne semblent pas comprendre.

6 commentaires:

  1. Follow the money. Qui finance, qui les fait bouffer, qui paie pour leur canabis ??? Autant de questions sans réponses...

    RépondreSupprimer
  2. Je fais partie des centaines de personnes qui ont fait un petit don aux gens de la Marche des Peuples qui font actuellement le tour de la Gaspésie contre l'exploitation des hydrocarbures. Alors, si vous voulez «suivre l'argent», vous trouverez des citoyens bien informés qui font la différence entre les hydrocarbures conventionnels, moins dommageables pour l'environnement, et les autres, obtenus par fracturation ou dans les sables bitumineux de l'Ouest du pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LOL Je ne mettrais pas ma paye là-dessus... Les pacifistes des années '70 et '80 étaient directement financés par l'ex-URSS. Aujourd'hui, c'est plus compliqué. L'argent circule mieux.

      Supprimer
  3. Voici ce que je pense de cette chronique:
    https://www.facebook.com/notes/alain-mignault/compagnies-p%C3%A9troli%C3%A8res-pires-parasites-de-la-plan%C3%A8te/10154323666448092

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis tellement pas etonne quand un gogauche commente anonymement... Une autre belle preuve que vous n'etes que des pissous bons uniquement pour attaquer en groupes...

      Supprimer
  4. Je ne commenterai pas anonymement...
    Votre article est un ramassis de préjugés, de manque total de réflexion et surtout de mauvaise foi crasse. Il y a une forte opposition au pétrole sale de l'Alberta issu des sables bitumineux ainsi qu'à la fracturation hydraulique en terre gaspésienne. Simplement, ne vous déplaise, qu'il y a encore des gens qui tiennent à la qualité de leur environnement et aussi à préserver les nappes phréatiques. Désolé, mais le pétrole ne se boit pas. Je constate aussi qu'il n'y a absolument rien dans votre article qui est constructif, rien de positif. Vous ne proposez aucune solution. Vous vous contentez de vomir sur vos concitoyens qui ont décidé de défendre notre avenir. Vous êtes tout simplement pitoyable.

    Louis-Philippe Cusson

    RépondreSupprimer