mardi 3 mai 2016

Le 3 mai 2016

Proverbe/citation du jour
«Principe de Peter : dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever au niveau de son incompétence. »-Laurence Peter


« Adios PKP! Who's Next? »
C'est en passant dans un restaurant Tim Horton, pour me prendre un café, hier, à l'heure du souper, que j'ai appris la démission de Pierre Karl Péladeau. En suis-je surpris? Oui et non. Dès que l'héritier de l'empire Québecor a annoncé son intention de se lancer en politique, j'étais convaincu, je vais l'écrire en bon québécois, qu'il ne « toughera pas la run ». J'ai donné mon avis sur le sujet dans un billet, le 10 octobre 2014. Dans mon billet du 26 mai 2015, dans le journal Graffici, je le mentionnais également, à la toute fin :

« D'ici aux prochaines élections, bien de l'eau va couler sous les ponts, et la cote d'amour de PKP pourrait bien connaître une baisse significative. J'irais même jusqu'à dire qu'il pourrait bien ne même plus être chef du PQ à ce moment s'il ne réussit pas à se démarquer. Et ses alliés d'hier et d'aujourd'hui, pourraient bien devenir ses ennemis de demain. »

Il a duré plus longtemps que j'aurais pu le croire à ce moment, mais il quitte la politique quand même.

Photo : Jacques Boissinot – La Presse Canadienne

Le gars a le charisme d'une plante verte en plastique et il a cumulé gaffe sur gaffe, au point où en faire la liste ici serait très fastidieux, alors je me concentre sur l'essentiel, en quelques moments marquants (en plus du « poing en l'air » ci-haut).

En mars 2014, alors que Pauline Marois était encore à la tête du PQ, c'était déjà mal parti :


Jésus a eu son discours sur la montagne, PKP a eu son « discours sur le pickup », à Saint-Jérôme, lors de la fermeture d'une fonderie, en janvier 2015 :


Que dire de son fameux « En français s'il vous plaît » durant un spectacle en Abitibi?



PKP quitte la politique en ayant la larme à l'oeil, en disant penser à sa famille d'abord. Dites-vous une chose : ce cher Pierre Karl est multimillionnaire, il a les moyens de démissionner (et même de renoncer à sa prime de départ), ce qui n'est pas le cas de milliers de travailleurs qui vivent eux aussi des difficultés familiales, mais qui ne peuvent démissionner, parce qu'ils ne peuvent se le permettre financièrement.

Je reviendrai plus tard cette semaine sur les candidats possibles pour succéder à Pierre Karl Péladeau.


Photographie du jour : « Au retour de Matane »
En m'en revenant d'un aller-retour à Matane, hier, j'ai pris quelques photos du Soleil couchant près de gros rochers situés à Sainte-Félicité. En roulant le long de la 132 dans le secteur, vous allez sûrement reconnaître les lieux :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire