mercredi 9 mars 2016

Le 9 mars 2016

Proverbe/citation du jour
“Qui vit d’espoir meurt de désir.”-Proverbe italien


Le projet d'ouverture d'une épicerie indépendante dans les locaux du IGA de Sainte-Anne-des-Monts est-il crédible?
Depuis l'annonce de la fermeture du supermarché IGA de Sainte-Anne-des-Monts, qui aura lieu le 24 mars prochain, de nombreuses rumeurs courent quand à ce qu'il adviendra dans ce dossier. Diverses possibilités sont envisagées, mais nous savons déjà que Sobey's ne reviendra pas sur sa décision de quitter la Haute-Gaspésie.

Parmi les projets évoqués, il y a celui d'une épicerie indépendante, lancée par un promoteur de Québec originaire de la région affirmant avoir l'appui d'un multimillionnaire lui aussi gaspésien de souche. Quelle crédibilité peut-on accorder à ce projet? 

Selon diverses sources avec qui j'ai pris contact mais qui souhaitent garder l'anonymat, il est préférable de faire une croix sur cette possibilité.

Les informations qui suivent devraient être diffusées par d'autres médias durant la journée de jeudi, mais la Sûreté du Québec recherchait cet individu mardi soir, en lien avec une histoire de fraude dans un établissement hôtelier annemontois.

Je me suis gardé une réserve jusqu'ici, mais dès le départ, le projet d'ouverture d'une épicerie indépendante par Gilles Beaudoin me semblait manquer de sérieux, divers indices le laissent croire, et ce sans même se baser sur le point mentionné plus haut.

En fin de semaine dernière, des médias, comme Le Soleil et Radio-Canada, ont annoncé que l'homme se disant promoteur voulait lancer une épicerie indépendante appelée le «Marché d'alimentation Sainte-Anne».

Gilles Beaudoin a déclaré le 7 mars dernier à Dominique Fortier, du journal L'Avantage, qu'il souhaitait que le dossier se règle dans la semaine, sans quoi le projet tomberait à l'eau. Le prétendu promoteur insistait même pour que IGA lui vende les contenu de l'épicerie (stock et équipements), ce à quoi se refuse IGA.

La famille Beaudoin a habité la Haute-Gaspésie dans le passé et y a contribué économiquement dans le domaine du commerce au détail. Il est vrai que celle-ci a développé une expertise dans le domaine commercial depuis les années 1970.

Oscar Beaudoin, le père de Gilles, opérait un dépanneur à Sainte-Anne-des-Monts durant les années 1970, après avoir été vendeur d'assurances.

Le dépanneur familial était situé dans l'édifice commercial situé près du Couche-Tard actuel. Je me souviens encore de lui comme étant un homme gentil et respecté dans la communauté. Un jour notamment, il m'a donné une copie d'un Pif Gadget, le genre de cadeau qu'un petit garçon de six ans n'oublie pas.

D'ailleurs, pour ceux et celles qui l'ignore, c'est monsieur Beaudoin père qui a été le premier propriétaire du dépanneur et de la station Irving situés au coin de la 132 et de la 299. Je ne me souviens pas précisément de la date de construction et d'ouverture, mais c'était aux environs du début des années 1980.

Suite au décès d'Oscar Beaudoin, provoqué par un cancer, sa famille a déménagé à Québec, où elle a opéré deux autres dépanneurs, toujours sous la bannière Irving, dont un à l'Ancienne-Lorette, mais l'établissement, qui était situé sur le boulevard Chauveau, si ma mémoire est bonne, a fait faillite quelques années plus tard. Ici encore, nous devons retenir que des revers de fortune peuvent se produire dans la vie, et tout le monde peut en être frappé.

Gilles Beaudoin a dit avoir de l'expérience dans le domaine de l'alimentation au détail via Métro et a aussi été agent immobilier durant une entrevue avec un journal régional.  Son profil Linked In personnel donne de nombreux détails sur son parcours. Reflète-t-il vraiment la réalité?

Source

Source



Ce sont d'autres points liés à cette histoire qui sont nébuleux. En voici quelques-uns qui suivent ici bas.

Source
D'abord, le promoteur prétend sur sa page Facebook personnelle pouvoir approvisionner son marché indépendant avec son propre camion et via d'autres grossistes.

Compte tenu de la quantité de camions de livraison nécessaires pour assurer l'approvisionnement du marché actuel, est-ce que cela est réaliste

Il n'est pas ici question d'un dépanneur ou d'une petite épicerie de quartier, mais bien d'un supermarché desservant une population régionale de 12 000 habitants où l'approvisionnement nécessite des dizaines de chargements de camions hebdomadairement.

Aussi, un promoteur indépendant peut-il, dans les conditions de marché actuelles, opérer un supermarché de cette taille sans faire affaire avec une grande bannière du domaine de l'alimentation?

Pour ce qui est des besoins en équipement, une porte-parole de Sobeys a été claire à ce sujet dans une entrevue au journal L'Avantage : la compagnie récupère toujours ses équipement dans les succursales qu'elle ferme et jamais elle n'a fait la moindre promesse de céder quoi que ce soit du IGA qui sera fermé le 24 mars prochain au promoteur. Si nouveau supermarché il y a, des investissements importants sont nécessaires à l'intérieur des locaux. Le promoteur a-t-il les reins suffisamment solides pour cela?

Concernant le financement du projet, monsieur Beaudoin a déclaré au journal Le Soleil ce qui suit : "Si l'acquisition se concrétise, Gilles Beaudoin sera soutenu financièrement par un «multimillionnaire de Québec, originaire de la Gaspésie, qui souhaite, pour le moment, garder l'anonymat»."

Si multimillionnaire il y a, quelle est l'identité de cette personne?

Pourquoi garder son identité cachée?

Ne serait-il pas bon de rendre public le nom de l'investisseur-mystère pour gagner la confiance des gens de la région?

En prenant en considération tous ces points, nous pouvons donc douter de la crédibilité du projet de Gilles Beaudoin, à moins qu'il puisse fournir des preuves plus solides quant à la validité de son projet.

J'estime aussi que les médias de la région auraient pu fouiller davantage avant de lancer des informations sur le projet. Trop de points sont encore dans l'ombre.

Le promoteur en question n'est peut-être pas animé de mauvaises intentions, mais est-ce que son projet est viable? Est-ce que les ressources et les compétences nécessaires y sont?

Nous en apprendrons peut-être plus au sujet au cours des prochains jours.

Rien n'est perdu, mais le projet de l'investisseur privé dont il est question ici semble à oublier.

Si tel n'est pas le cas, qu'on m'en amène des preuves du contraire et je me rétracterai sur le contenu du présent billet si cela est nécessaire.

Mise à jour (le jeudi 10 mars à 12h40)
Dominique Fortier, du journal L'Avantage, publie un texte qui va dans le même sens que mon billet.


 

1 commentaire:

  1. M.Beaulieu, j'ai pris connaissance de votre blog, il y aurait des correctifs à apporter, si vous voulez ma version , ça va me faire plaisir de vous aider à vous rétracter, et cela bien entendu dans les plus bref délai, juste à me téléphoner. Gilles Beaudoin

    RépondreSupprimer