samedi 6 février 2016

Le 6 février 2016

Proverbe/citation du jour
“Est-ce que l'espèce humaine aurait survécu si elle n'avait pas connu la peur ? Et donc la prudence ? Et donc la ruse ?”-Brigitte Aubert



Sabotage de voies ferroviaires et de pipelines par des environnementalistes : et si Jeff Fillion avait raison, ne serait-ce qu'en partie?
Jeff Fillion a évoqué, le 4 février dernier, durant son émission radiophonique, la possibilité que l'accident de Lac-Mégantic pourrait être le résultat d'un sabotage commis par des écologistes. L'extrait audio peut être entendu ici.

Lac-Mégantic après la tragédie (Source)
L'enquête qui a eu lieu après la tragédie pointe comme cause un incendie qui a touché une locomotive, ce qui a mené à l'arrête du moteur, puis à la désactivation de freins mécaniques, ce qui a mis le convoi en branle, sur une voie en pente menant vers Lac-Mégantic. On connaît la suite. Si les freins manuels avaient été utilisés adéquatement, rien de cela ne se serait produit.

La Clique du Plateau ridiculise l'animateur radiophonique du Québec à ce propos. Je ne crois pas que Jeff Fillion était sérieux en disant que des "Greens" sont la cause de la tragédie de Lac-Mégantic. Toutefois, la possibilité que des environnementalistes sabotent une voie ferroviaire ou un pipeline pour stopper le transport de produits pétroliers est RÉELLE.

Dans les jours suivant l'accident, le sabotage a été évoqué comme étant une cause potentielle. J'en ai traité à l'époque dans un billet, daté du 15 juillet 2013.

Un site de gauche, «Montréal Contre-Information», rapporte qu'un acte de sabotage ferroviaire a été perpétré à Farnham, le 13 juin 2012, en appel à la CLASSE, pour des actions nationales contre la Conférence de Montréal, du «Forum Économique International des Amériques». Voici une capture d'écran de la page en question :



Certains militants de gauche sont tellement fanatiques que je ne serais pas du tout étonné qu'ils sabotent un train ou un pipeline au nom de leur cause.

Il n'y a pas que l'industrie pétrolière qui est visée. Un groupe appelé "Résistance internationaliste" a saboté un pylône électrique près de Coaticook en 2004 et posé une bombe à la porte d'un centre de recrutement des Forces canadiennes à Trois-Rivières, en 2010.
Advenant le développement de l'industrie pétrolière et gazière en Gaspésie, il ne faudrait pas être surpris que des "granolas" s'attaquent à la voie ferrée de la baie des Chaleurs si celle-ci est utilisée pour le transport, ou bien aux sites de forage et à d'autres infrastructures situées au bout de la péninsule, là où se déroulent les opérations.



Incendie mineur au Gîte du Mont-Albert vendredi soir
Un incendie mineur s'est produit au Gîte du Mont-Albert aux environs de 23h vendredi soir. Une dizaine de pompiers du service des incendies de la Haute-Gaspésie se sont rendus sur place afin de combattre le sinistre.

Gîte du Mont-Albert (Sépaq)

À leur arrivée, le feu avait déjà été maîtrisé par des personnes sur place. Une odeur de fumée flottait sur les lieux et par sécurité, le bâtiment central, où l'incident s'est produit, a fait l'objet de vérifications.

Selon nos sources, c'est un foyer dans lequel on avait mis trop de bois et de papier journal qui est à l'origine de l'alerte. Des touristes de passage au gîte ne savent visiblement pas comment allumer et entretenir un feu de foyer.

Des employés de l'hôtel sont intervenus en jetant le contenu du foyer à l'extérieur à l'aide d'une pelle. Les pompiers sont arrivés sur place par la suite.

L'alerte a été levée aux environs de minuit trente après une ronde des lieux.

Dimanche soir, une légère odeur de fumée régnait encore sur les lieux. Plus de peur que de mal donc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire