dimanche 21 février 2016

Le 21 février 2016

Proverbe/citation du jour
“Le dimanche efface la rouille de toute la semaine.”-Joseph Addison


Les « pauvres » couverts de tatouages qui quêtent pour manger
Les quêteux sont une réalité à laquelle font face les habitants des grands centres. Le phénomène est beaucoup moins visible en région, probablement parce que dans un milieu comme la Gaspésie, tout le monde se connaît. Quand une personne a faim, elle peut demander à des voisins ou à sa famille pour un coup de pouce. Sinon, en Haute-Gaspésie, on compte plusieurs organismes d'aide aux pauvres. La proportion, pour une population de 12 000 habitants environ, est élevée.


Lorsqu'on passe à Montréal, on note vite la présence de « pauvres » qui nous demande de l'argent pour manger. Je ne leur donne même pas une vieille cenne noire, parce que je note les points suivants à propos de plusieurs d'entre eux :

  • Ils ont de l'argent pour fumer
  • Ils ont des centaines de dollars en tatouages sur le corps
  • Ils ont des piercings
  • Ils ont parfois un chien de race avec eux, parfois aussi d'autres animaux, comme un rat

En somme, on a face à nous des gens qui disent avoir faim, mais qui semblent bien plus qu'autre chose ne pas avoir assez de jarnigouène pour mettre leurs priorités aux bons endroits. Je ne sortirais pas une cenne noire de ma poche pour eux. J'ai déjà offert un repas à l'un d'eux mais il m'a dit qu'il préférait l'argent. Cela veut tout dire... Bouffe, ou plutôt dope ou alcool, hein?

Par contre, quelques fois par année, ça me fait plaisir de sortir mon portefeuille pour payer des couches et de la nourriture pour bébés que je remets à la banque alimentaire de mon coin de pays.


La semaine dernière, les très courageux administrateurs de la page « Sortons les poubelles » ont attaqué Jeff Fillion parce qu'il a dit en ondes que les quêteux avec des tatoos de 200$ pouvaient bien crever tant qu'à lui.

Bien sûr, Jeff Fillion ne souhaite pas réellement la mort de ces « pauvres ». Comme à leur habitude, la belle gang de pissous de « Sortons les poubelles » commentent de manière superlative, en encourageant le peuple à envoyer des courriel de désapprobation aux compagnies qui achètent de la publicité dans les radios de Québec et en incitant le peuple à porter plainte à divers organismes de réglementation des télécommunications.

Peut-être accorde-t-on trop d'importance aux opposants aux « radios-poubelles », mais peut-être aussi que ce serait une bonne chose que de les démasquer, parce que ce sont une bande de lâches qui se cachent et qui n'ont pour la plupart pas assez de couilles pour réellement se tenir debout pour leurs idées.

Je mentionnais plus haut que je donne de la bouffe pour bébés quelques fois par année à la banque alimentaire locale. Je mettrais ma main dans le feu que les jambons de « Sortons les poubelles » ne donnent jamais rien, eux. Ils doivent préférer qu'on « prenne aux riches pour donner aux pauvres », bande de cheaps! LOL

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire