mardi 16 février 2016

Le 16 février 2016

Proverbe/citation du jour
« Il ne voyait pas de fourberie plus grande que de tromper ses concitoyens et de se faire passer, lorsqu'on est sans mérite, pour un homme capable de gouverner l’État. »-Xénophon


Qu'est-ce qui explique la présence d'une lueur mystérieuse, au large de Cap-Chat, samedi soir dernier?
Une lueur rougeâtre mystérieuse a été aperçue par des citoyens, au-dessus du fleuve, samedi soit dernier, à Cap-Chat. Quelle peut bien être l'explication de ce phénomène?

Selon Joselito Savard, un des témoins avec lequel je me suis entretenu via Facebook en matinée, le phénomène s'est produit vers 23h35, le samedi 13 février dernier. Monsieur Savard revenait de compétitions de drags de motoneige, en compagnie de quatre autres personnes, quand son fils lui a mentionné que "la Lune brillait fort." Toutefois, il s'agissait d'une lumière situé dans un endroit où la Lune ne brille jamais, au Nord, à une trentaine de degrés au-dessus de l'horizon.

Au début, selon monsieur Savard, le tout ressemblait selon lui à une grosse explosion. Le phénomène a duré quelques minutes environ. Voici le vidéo, réalisé par un des passagers du véhicule :



En voici quelques images :








Parmi les explications potentielles, on peut entre autres retenir :

  • Un bateau sur le fleuve
  • Un aéronef
  • Une fusée éclairante lancée sur l'eau
  • Un passage de satellite
  • Une météorite
  • La Lune

Le service de nouvelles de la station radiophonique CHOE de Matane diffuse un texte sur le sujet. Marc-André Paradis, astronome de la Station Aster, croit qu'il s'agit d'un passage de la Station spatiale internationale, mais donne des coordonnées de passage qui ne concordent pas avec l'heure précise du phénomène.

Je n'ai malheureusement été mis au courant de l'histoire hier. Samedi soir, il m'aurait été possible d'utiliser un télescope et une caméra pour mieux documenter le phénomène.

Aussi, via Marine Traffic et Fligh Radar 24, il aurait été possible de savoir si un navire ou un avion était présente dans le secteur visé, en plus d'avoir la possibilité d'écouter le trafic radio maritime et aérien pour avoir plus de détails, mais il est trop tard pour cela.

Le passage d'un satellite est une possibilité. Heavens-Above permet de déterminer si un satellite passait dans le ciel à l'heure du phénomène, soit samedi soir, le 13 février, vers 23h35.

La Station spatiale internationale a effectué deux passages visibles dans le ciel samedi soir, mais beaucoup plus tôt dans la soirée (17h40 et 19h17), comme en font foi les deux tracés de passage qui suivent :



Un dernier passage éclipsé a eu lieu vers 21h.

On ne note aucun flash produit par un satellite Iridium dans ce secteur samedi soir non plus.

Qu'en est-il de la possibilité qu'il s'agissait de la Lune, à son coucher? Deux cartes célestes de la soirée de samedi suivent, une vue du ciel à 22h30, puis une autre à 23h10. On peut voir qu'à ce moment, la Lune était sur le point de se coucher, ce qui peut aussi expliquer cette lueur rougeâtre, qui s'est graduellement estompée. Une météorite aurait brillé moins longtemps. La Lune était à son premier quartier, ce qui correspond à la forme lumineuse aperçue. Je ne peux avoir de données précises pour Cap-Chat mais il est possible d'avoir ici des données pour Matane.

L'option la plus vraisemblable est qu'il s'agissait de la Lune. Autrement, je serais porté à croire qu'il s'agit d'une fusée de détresse lancée dans le ciel au large, à cause des teintes orangées. Sinon, ce sont les lumières d'un bateau croisant au large, diffusant à travers une brume légère sur le fleuve, qui sont à l'origine du phénomène.

Nous pourrons peut-être bientôt en apprendre plus sur le sujet.



Quand les manifestants sont des Verts, leur nombre est artificiellement gonflé par certains médias, incluant Radio-Canada
Quand des Verts manifestent, est-ce que Radio-Canada gonfle exagérément leur nombre dans les nouvelles portant sur leurs actions? Je suis porté à croire que oui.

Tenez, lorsque des militants ont dressé un campement près du chemin d'accès vers un puits de Pétrolia, en décembre 2014, Radio-Canada indiquait qu'une quarantaine de militants étaient sur place, mais leur nombre réel était plutôt d'une dizaine, tout au plus. Idem en ce qui concerne une marche qui s'est déroulé à ce moment. Leur nombre était évalué à une centaine mais c'était plutôt une quarantaine de marcheurs. Vous aurez des détails, incluant des images, ici.

Dans une nouvelle portant sur des manifestants contre un oléoduc qui se sont rendus à la mairie de Québec pour contester hier, la nouvelle radio-canadienne mentionne une trentaine de personnes, mais en observant les photos prises à ce moment, le nombre semble inférieur à une dizaine. 

Sur la page Facebook de la manifestation, on mentionne que 1000 personnes ont été invitées, avec 243 intéressés et 69 participants, une preuve visuelle à l'appui :




Les photos prises par les militants ne reflètent pas un nombre similaire.














Dans un article de La Presse, Valérie Gaudreau évalue que « quelques militants » étaient sur place. Je note que la porte-parole, Anne-Céline Guyon, a étudié en anthropologie à l'Université Laval. Question bonus : y a-t-il parmi ces manifestants la moindre personne qui a étudié dans un autre domaine que les sciences humaines, en géologie ou en chimie par exemple?

1 commentaire:

  1. Toujours les mêmes "poils" on dirait qu'ils vivent dans un autobus et qu'ils sont transportés d'un sit de manif à l'autre au gré des besoins...

    RépondreSupprimer