vendredi 29 janvier 2016

Le 29 janvier 2016

Proverbe/citation du jour
« Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre. »-George Orwell


Des syndicats financent-ils les activités de Julien Gaudreau et d'autres organisations opposées à  Éric Duhaime et aux radios de Québec?
En jetant hier un coup d'oeil aux décisions rendues par le Conseil de presse dans divers dossiers, j'en ai découvert une qui a attiré mon attention plus que les autres. Cela a été le point de départ d'une cueillette d'informations fort intéressante qui m'a permis de découvrir des liens entre le plaignant dans l'affaire en question, qui est impliqué dans le mouvement « Sortons lesradios-poubelles » (aussi présent sur Facebook), des syndicats et groupes sociaux, le Réseau de résistance du Québécois, de même que le Bloc québécois et Option nationale.

Une capture d'écran de la décision

Le point de départ de ma recherche est la décision D2015-02-084 du Conseil de presse. Le 11 mars 2015 dernier, Julien Gaudreau a déposé une plainte à l'organisme à l'endroit d'Éric Duhaime, qui était alors chroniqueur au FM93. Selon le plaignant, durant l'émission Le Show du matin du 26 janvier 2015, Eric Duhaime aurait donné des informations inexactes et aurait tenu des propos racistes à l'endroit des immigrants en provenance du Maghreb.

Les faits reprochés? Éric Duhaime aurait dit que le quart des immigrants au Québec proviennent de l'Algérie et du Maroc :

«Le Parti libéral avait essayé de mettre des quotas par région… euh parce qu’il disait que… évidemment, faut comprendre que la majorité de nos immigrants, les pays... les premiers pays d’où viennent nos immigrants c’est principalement du Maghreb. Juste l’Algérie et le Maroc, c’est presque un immigrant sur quatre au Québec.»

Le plaignant soulignait pour sa part qu'en fait, ce sont 21% des immigrants qui proviennent de cette région. Le Conseil de presse cite un chiffre qui dit que de 2009 à 2013, 18,2% des gens venant s'établir au Québec en viennent. La plainte d'inexactitude a dont été rejetée, un faible écart étant notamment retenu entre ses propos et la réalité.

Julien Gaudreau (Facebook)
Julien Gaudreau croit aussi qu'Éric Duhaime fait preuve de racisme en propageant de fausses informations sur l'immigration au Québec. Ce grief a également été rejeté, le plaignant n'apportant aucune illustration du fait que les propos du chroniqueurs allaient dans ce sens.

Pour reprendre une vieille expression, Julien Gaudreau, en portant plainte de la sorte envers Éric Duhaime, en se basant sur des points aussi faibles, semble vouloir chercher des poux sur le crâne d'un chauve.

Qui est donc Julien Gaudreau? J'ai effectué suite à la lecture de la décision du Conseil de presse une recherche à son endroit. C'est alors que j'ai trouvé des liens entre l'homme et diverses organisations.

Sur sa page Facebook personnelle, on constate d'abord que Julien Gaudreau est conseiller à la recherche au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, comme en fait foi la capture d'écran qui suit :

La page Facebook de Julien Gaudreau

Auparavant, il a été impliqué dans une autre organisation syndicale, le Conseil central de Québec Chaudière Appalaches de la CSN, comme l'indique son profil LinkedIn.

Pour ce qui est de ses activités dans d'autres organisations, son nom apparaît dans une nouvelle datant d'avril 2011, où on découvre qu'il était alors président des jeunes bloquistes de la Capitale nationale tout en étant responsable du financement du RRQ, le Réseau de résistance du Québécois, mené par Patrick Bourgeois. Dans l'article, Gilles Duceppe exprime son ras-le-bol que le BQ soit lié au RRQ.

Gilles Duceppe s'exprimant sur le RRQ en 2011
Est-il vrai qu'à l'époque, Julien Gaudreau était responsable du financement au RRQ? C'est là l'étape suivante de ma recherche. Il semble bien que oui selon ces informations que l'on retrouve sur le site du RRQ :

Une preuve que Julien Gaudreau milite au financement du RRQ

Dans un texte intitulé « Là ça va faire »,signé par Patrick Bourgeois, datant du 17 avril 2011, la tête dirigeante de l'organisation prend la défense de Julien Gaudreau :

Un extrait du texte de Patrick Bourgeois

En 2011 toujours, le 4 novembre, Julien Gaudreau a été arrêté, tout comme six autres militants du RRQ, par la police de Québec lors d'une manifestation du RRQ aux bureaux de SNC Lavalin. Il agissait alors à titre de porte-parole, selon ce que mentionne ici Radio-Canada. Merci à Francis Vachon pour l'image qui suit, vous pourrez voir d'autres images prises à cette occasion ici. Un vidéo de la manifestation est disponible sur Youtube.


Julien Gaudreau lors de son arrestation par la police, en novembre 2011 (Source)



Julien Gaudreau milite toujours pour le RRQ. Il a écrit quelques textes pour l'organisation, dont un aussi récemment qu'en septembre 2015 dernier :

La page de Julien Gaudreau sur le site du RRQ


Julien Gaudreau s'implique également comme participant sur la page « Québec s'excuse pour sa radio-poubelle ». Il a déjà parlé de la Coalition contre les radios-poubelles dans un événement de financement destiné à payer des frais judiciaires pour Jean-François Jacob et Érik Baudry, en février 2014. On en fait l'annonce sur le site Sortons les poubelles :

Julien Gaudreau participant à une activité de financement

Vous vous souvenez peut-être qu'en 2013, le créateur de cette page, Jean-François Jacob, a fait l'objet d'un action en justice de la part de CHOI Radio-X après avoir dénigré la station sur une page Web, ce qui lui a valu de se faire congédier par Desjardins.

C'est un ami de Jean-François Jacob. Il a organisé un concert pour l'aider à payer les frais judiciaires liés aux actions de CHOI Radio X. Carl Monette en a fait mention dans une émission radio portant sur Ann Gingras, la présidente de la CSN pour la région de Québec Chaudière Appalaches. L'extrait audio peut être entendu sur Radio Ego (à la dixième minute).


Vendeurs de haine?


Il invite sur cette même page les intéressés à joindre le groupe « Québec s'excuse pour sa radio-poubelle » :

Une invitation lancée par Julien Gaudreau pour joindre une autre page Facebook

Julien Gaudreau a soutenu Sol Zanetti, un des candidats à la chefferie d'Option nationale, suite au départ de Martin Aussant, ce qui indique qu'il milite aussi pour ce parti, comme en fait fois un vidéo qu'on peut voir ici.

On peut noter aussi que les organisations pour lesquelles œuvre ou a oeuvré Julien Gaudreau sont aussi impliquées dans la « Coalition pour la justice sociale » de Québec et Chaudière-Appalaches, celles-ci faisant partie de la liste des organismes impliqués qu'on retrouve ici.

J'ai consulté les "minutes" de réunions syndicales, disponibles via Internet, et on y découvre ou on peut avoir de forts doutes que des militants de diverses tendances, incluant notamment Nicolas Lefebvre-Legault alias Nicolas Phebus, de l'Union communiste libertaire (désormais dissoute), collaborent eux aussi afin de nuire aux radios de Québec.

Ann Gingras, présidente de l'exécutif du syndicat de la CSN dans la région de Québec, prend aussi publiquement position dans le dossier.

La question que je me pose est à savoir si les syndicats pour lesquels travaille Julien Gaudreau lui permettent d'utiliser ses heures de travail payées et des ressources rendues disponibles sur place pour militer activement contre les radios dites « poubelles ».

Si tel est le cas, nous ne pouvons que constater la situation, comme je le fais ici, et c'est aux membres de ces syndicats de prendre les mesures nécessaires s'ils ne sont pas d'accord avec le fait que leurs cotisations servent à financer de telles activités.

Je ne crois pas que les actions de ces divers groupes pour contrer la radio dite de droite de Québec aient uniquement comme but le beau, le bon et le bien de la population. J'y vois plutôt les actions de groupes de gauche qui cherchent à museler les médias qui ne sont pas complaisants à leur endroit, afin qu'ils puissent plus facilement imposer leur idéologie au peuple.

Je souligne finalement que je crois que Julien Gaudreau, tout comme Jean-François Jacob, Érik Baudry, de même que les autres militants contre les « radios-poubelles » ont le droit fondamental d'exprimer leur point de vue, mais ils doivent se souvenir que la liberté des uns se termine là où débute celle des autres.

Les gens dits de droite, autant à la radio qu'ailleurs, se font souvent reprocher de ne pas respecter la liberté d'expression. Or, j'ai plutôt l'impression que la droite, malgré ce que certains veulent faire croire, respectent cette liberté bien plus que ses détracteurs.

Je souhaite également traiter d'un « Guide d'autodéfense contre les radios-poubelles » et d'autres documents utilisés pour inciter les gens à militer contre celles-ci, mais j'y reviendrai plus en détails dans un billet ultérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire