mercredi 25 mars 2015

Sujets du 25 mars 2015

Proverbe/citation du jour
«Qui dit un mensonge en dit cent.»-Proverbe français


Les graffitis incitant au viol de Camille Godbout? Un coup monté de la part de militantes du Comité femmes de l'ASSÉ!
Sur sa page Facebook, le Comité femmes de l'ASSÉ dénonce des graffitis incitant au viol de Camille Godbout, la porte-parole de l'organisation.

Ces graffitis ont été découverts dans les salles de bain des hommes du pavillon de la Faculté de l'aménagement, à l'Université de Montréal :


Voici la déclaration à ce sujet qu'on retrouve sur la page du Comité femmes, de même qu'une capture d'écran de celle-ci :


« Des graffitis faisant la promotion du viol ont été retrouvés dans les salles de bain des hommes du pavillon de la Faculté d'aménagement à l'Université de Montréal. Ces propos visent directement une exécutante de l'ASSÉ qui assure présentement les relations médiatiques de l'organisation. Nous ne savons pas qui les a écrits, mais que ce soient des militants ou pas ne change rien au fait que nous ne pouvons tolérer ce genre de propos sur nos campus étudiants. Ces graffitis s'inscrivent dans un continuum de violences sexistes que les femmes subissent systématiquement. Ce que ces graffitis nous disent, c'est que nous les femmes, nous n'avons pas le droit de nous mêler de politique. Ces propos menaçants visent à instaurer un climat de peur pour nous faire taire et à nous rappeler notre rôle en tant que femmes: être de la chair à canon pour le plaisir des hommes. Nous avons un petit message à ceux qui ont fait cela: vous pensiez provoquer une femme, nous serons des centaines à vous répondre. Une injure à une est une injure à toutes. Féministes, répliquons! »




Tout indique à mon avis qu'il ne s'agit rien d'autre que d'un coup monté par des militantes de l'ASSÉ afin de galvaniser leurs troupes contre les Carrés verts en stimulant la fibre féministe de leurs propres membres.

Le ton du message, les mots employés, le tout est trop « léché ». L'impression que j'ai en lisant ce message est comparable à celle que l'on ressent quand on écoute un Français qui tente de se donner un accent québécois, ça sonne faux!

Notez aussi que le message a été écrit avec soin sur le mur de brique. Il ne s'agit pas d'un texte écrit à la course, par une personne ayant peur de se faire prendre sur le fait.

Qu'en est-il maintenant de la position des étudiants en aménagement de l'Université de Montréal? Sont-ils pour ou contre la grève? Mes recherches à ce sujet n'ont pour le moment rien donné à ce sujet.

Les autorités de l'Université de Montréal on annoncé sur la page du Comité des femmes de l'ASSÉ qu'une enquête à ce sujet sera menée et il y a déjà parmi les militants de l'ASSÉ des personnes qui dénoncent l'implication de la police « fasciste » dans le dossier :


J'ose espérer que des caméras de surveillance vont permettre de découvrir qui a écrit ledit message. Je doute fort qu'il s'agisse d'un étudiant s'opposant à la grève. L'auteur risque bien plus à mon avis d'être un "mangina", un féministe mâle associé au Comité des femmes de l'ASSÉ.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire