vendredi 1 août 2014

Sujets du 1er août 2014

Proverbe/citation du jour
«Qui a le temps et attend le temps perds son temps.»-William Camden


Sextorsion : Les risques liés au fait de s'exhiber nu en ligne
Dans un article publié mercredi dans le Journal de Québec, Nicholas Lachance relate l'histoire de six hommes de Laurier-Station, victimes d'une arnaque du Web. Quatre d'entre eux ont porté plainte à la Sûreté du Québec à ce sujet.

Ces internautes ont cru aux belles histoires d'une certaine Mandalena Rauber qui, une fois qu'elle a eu en sa possession des images des hommes en train de se masturber, a déclaré qu'ils venaient de commettre un acte criminel avec une mineure, et aussi que le tout serait publié s'ils ne lui envoyaient pas de l'argent via la Western Union.

Nelson (Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC)
L'un d'entre eux, Nelson, a pris contact avec elle via Skype, et a rapidement reçu un message Facebook, affichant un montage avec son pénis, de même qu'un faux message : «Nelson se branle sur une webcam devant une fille de 9 ans».

Le faux lien Web qui mentionnait même le lieu de résidence de l’homme et se trouvait sous de vieilles publications mise en ligne par Nelson sur son mur Facebook personnel.

Nelson n'est pas le premier à se faire avoir dans une arnaque du genre. J'ai pris connaissance d'au moins un autre cas similaire, qui s'est produit il y a quelques mois, dans la région de Cabano. L'individu concerné avait alors fait parvenir quelques centaines de dollars, mais l'arnaqueur a publié les photos et le vidéo quand même!

Les victimes ont peu de recours, les arnaqueurs étant pour la plupart localisés en Côte d'Ivoire, à l'abri de la police.

Ce que je trouve déplorable, c'est de constater à quel point nombre de gens sont naifs, totalement inconscients des conséquences qui peuvent découler du fait de se dévoiler intimement à des inconnus (et même à des personnes connues) via le Web.

Je ne dois certainement pas être le seul dans cette situation, mais je reçois sur une base régulière des « demandes d'amitié » de femmes localisées en Afrique, ou bien même de « Françaises » ou de «Québécoises » louches (on constate vite que les photos utilisées pour le profil sont celles de pornstars comme Raven Riley ou Melissa Midwest.) La plus drôle de toutes ces demandes que j'ai reçues à ce jour était celle d'une dame clamant habiter à Gaspé, étudiante en biologie et spécialisée... dans l'étude des girafes!!!

J'ai accepté quelques-unes de ces demandes d'amitié et la conversation tourne assez rapidement vers Skype, afin d'établir un contact visuel. Je n'ai jamais été plus loin. À maintes reprises j'ai dénoncé ces faux comptes à Facebook, mais j'ai fini par me contenter de tout simplement bloquer les utilisateurs concernés. Mieux encore, je bloque beaucoup d'utilisatrices louches simplement en les voyant dans des suggestions d'amitié sur mon mur Facebook.

Que faire si vous êtes la victime d'un tel chantage vidéo? Voici quelques suggestions à ce sujet  :

  1. Supprimer ou bloquer ce contact de votre liste d’amis sur les différents réseaux sociaux.
  2. Ne jamais payer la moindre somme aux maîtres-chanteurs et conserver le maximum d’informations utiles (adresse e-mail du maître-chanteur, numéro de téléphone, profil de réseaux sociaux, etc.)
  3. Signaler à la police
  4. Se "googliser", c’est-à-dire effectuer des recherches sur son propre nom dans google, afin de détecter les éventuelles traces de la vidéo compromettante sur la toile
  5. En parler à un proche de confiance ou à une communauté dans un forum de façon anonyme, afin de partager ses angoisses! Cette démarche aide les victimes à relativiser leur malheur et trouver les armes pour adopter les attitudes adéquates
  6. Signaler les contenus s’ils ont déjà été publiés, aux hébergeurs de services (youtube, facebook, etc.) , afin d’en obtenir le retrait


Ne l'oubliez pas : mieux vaut prévenir que guérir!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire