lundi 3 décembre 2012

Sujet du 3 décembre 2012

Proverbe/citation du jour
"La politique ne consiste pas à tout lisser, à tout accepter, à tout admettre ; à considérer que tout se vaut ; à prétendre que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil »." -François Fillon (1954–...)

Pauline Marois victime d'un attentat politique?
De passage dimanche soir à l'émission Tout le monde en parle, la première ministre du Québec, Pauline Marois, a affirmé que l'incident qui s'est déroulé au Métropolis le 4 septembre dernier, incident qui a provoqué la mort d'un technicien présent sur place, était un attentat politique perpétré à son endroit.

Pauline Marois à TLMEP - SRC
Pauline Marois a à ce moment déclaré : « Je crois que c'est un attentat. La personne pouvait avoir des problèmes psychologiques assez importants, j'en conviens. Mais il reste que quand il est intervenu, il est intervenu contre une souverainiste en manifestant le fait qu'il craignait pour les anglophones. Moi, je crois qu'il y avait un aspect politique à cet attentat.»

Peut-on vraiment considérer comme un attentat politique le fait qu'un homme de 62 ans ayant une haine du mouvement souverainiste et armé certes, mais aussi habillé avec une robe de chambre et tenant des propos incohérents, posait un geste de nature politique en agissant de la sorte, ou bien est-ce que sa folie jouait plus que tout autre facteur dans la situation?

Un attentat politique? Est-ce qu'en agissant comme il l'a fait, Richard Henry Baine bénéficiait du support de sa communauté? En décrivant l'incident comme tel, Pauline Marois laisse planer l'idée que ce geste est approuvé au moins en partie par la minorité anglophone du Québec, ce qui n'est certainement pas le cas, même si cette dernière s'oppose aux objectifs politiques du PQ et de la première dame.

Pensez à ce qui s'est passé lors de la tuerie de la Polytechnique, de celle de Concordia ou bien de Dawson. Dans tous ces cas, la tragédie a amené des groupes et des individus à se servir des événements comme un motif pour justifier la mise en place de politiques allant dans le sens de leurs intérêts. Il est pourtant clair que les personnes qui ont commis ces mêmes attentats, même s'ils se donnaient des motivations d'ordre politique ou social et disaient représenter une plus large partie de la population, étaient d'abord et avant tout des FOUS qui posaient un geste isolé que n'approuvaient certainement pas le reste des gens.

Pauline Marois a le droit comme quiconque d'avoir une opinion sur ce triste incident. En ce qui me concerne, je pense qu'en passant à Tout le monde en parle de la sorte, à un moment où le PQ forme un gouvernement minoritaire et que les premières ratées de celui-ci commencent à se faire voir, la dame joue à la victime afin de gagner des soutiens auprès de la population, en galvanisant ses troupes qui lui sont fidèles, et en jouant avec les sentiments d'une autre partie de la population pour qu'elle l'approuve.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire