jeudi 8 novembre 2012

Sujet du 8 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"Ce n'est pas tout d'avoir de jolis yeux, il faut qu'une petite lampe s'allume derrière. C'est cette petite lueur qui fait la vraie beauté." -Jean Anouilh (1910–1987)


La chirurgie plastique extrême et Justin Jedlica
La chirurgie esthétique a connu ses premiers réels développement, comme de nombreuses découvertes technologiques, en temps de guerre. Soucieux d'aider des soldats défigurés sur les champs de bataille, des membres du corps médical se sont efforcé de donner une apparence plus normale à des gens qui l'avaient perdue. Également, la chirurgie esthétique permet à des gens souffrant de défauts naturels de voir disparaître un bec-de-lièvre ou une autre difformité.

Dans tous ces cas mentionnés ci-haut, la chirurgie esthétique sert une noble cause car elle aide à améliorer l'apparence dans un bon sens, mais il y a un revers à la médaille et de nos jours, cette même chirurgie, au lieu d'améliorer l'apparence, la rend carrément grotesque, et le pire dans tout cela est que certaines personnes qui passent sous le bistouri se croient encore plus belles.

C'est le cas de Justin Jedlica, un Américain de 32 ans qui en est rendu... à sa 90e chirurgie esthétique!!!

Dans son adolescence, Justin n'aimait pas son nez et voulait lui donner une forme plus parfaite. Cela a été le début d'une nombreuse suite d'opérations, l'homme en étant désormais rendu à se faire poser des implants pour améliorer l'apparence de ses biceps ou de ses fesses. 90 chirurgies en 10 ans donc, pour un total de 100 000$ en dépenses.

Il est littéralement devenu une « poupée Ken » vivante :







Dieux qu'il est laid! Pour en être rendu dépendant de la sorte, je suppose que Jedlica doit souffrir d'un sérieux problème mental!

Les gens doivent avoir le droit de disposer de leur corps comme bon leur semble. Si Justin Jedlica est prêt à payer pour avoir une telle apparence, c'est son plein droit, tout comme celui de s'afficher publiquement comme il le fait via l'émission « Extreme Plastic Surgery ». Par contre, il doit accepter la critique, qu'elle soit bonne ou mauvaise.


Pour plus de détails :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire