dimanche 25 novembre 2012

Sujet du 24 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"Surveille tes pensées, car elles deviennent tes mots. Surveille tes mots, car ils deviennent tes actions. Surveille tes actions, car elles deviennent tes habitudes. Surveille tes habitudes, car elles deviennent ton caractère. Surveille ton caractère, car il devient ton destin. Mais n’oublions surtout pas qu’hier est de l’histoire ancienne, demain est un mystère et aujourd’hui est un cadeau!" -Anonyme


Cinq gosses à nourrir
En publiant sur mon mur Facebook jeudi dernier l'image suivante j'ai eu droit à des critiques plus qu'à l'habitude :



J'ai accompagné cette image du texte : «Ça nous rappelle que les gens qui ont le plus d'enfants au Québec sont souvent les gens qui devraient le moins en avoir! »

En gros, un type qui quête de l'argent en disant vouloir nourrir ses cinq enfants se fait balancer un condom, ce qui veut dire : "Cesse d'en avoir alors!"

Que devez-vous en tirer comme conclusion?

Je me permets simplement ici de faire une mise au point relative à ce blog. Vous savez, je ne me cache pas du tout du fait que j'aime beurrer épais par bouts, et que ce blog contient parfois des points de vue qui choquent, mais sur le fond, je souhaite qu'il garde une optique positive.

Certaines personnes n'ont pas aimé mon commentaire, clamant que je suis dégradant à l'endroit de femmes ayant plusieurs enfants. FAUX!

Je connais des gens qui ont plusieurs enfants mais qui prennent grand soin d'eux, et d'autres qui n'en ont qu'un seul mais qui n'en prennent pas soin du tout.

PAR CONTRE, en affirmant que dans notre société, les gens qui ont le plus d'enfants sont ceux qui devraient le moins en avoir », je pense à tellement d'enfants qui ont des parents davantage motivés pas un chèque de BES plus gros ou bien l'obligation pour le père de demeurer dans la maisonnée à cause des enfants (sans pour autant oublier l'idée que les pères irresponsables sont également nombreux!)

La morale à en tirer? J'ose espérer que vous en prenez jamais au pied de la lettre ce que vous lisez ici. Je crois que mes lecteurs sont assez intelligents pour faire la part des choses et de savoir où tracer la limite quand ils lisent mes textes.

Dans le pire des cas, vous avez toujours la possibilité d'émettre un commentaire ou de me rejoindre via courriel!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire