samedi 10 novembre 2012

Sujet du 10 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"La plupart des candidats à la présidence incluent souvent dans leurs promesses de réduire les impôts. En d'autres mots, ces candidats essaient d'acheter votre vote avec votre propre argent." -Dave Barry (1947–...)


Les trois péchés de Luc Paquet, PDG de Fordia
Vous voulez savoir pourquoi rien ne marche dans notre coin de pays? Tout simplement parce qu'il y a dans notre inconscient collectif une conviction que nous sommes tous nés pour un petit pain. Je crois qu'il s'agit d'abord de l'influence de l'Église catholique qui a régné durant des siècles, et qui est aujourd'hui remplacée par une autre forme de religion, tout aussi dogmatique et écrasante pour le peuple, celle de la Gauche québécoise...

Lancez une entreprise et employez des gens d'ici, on va vous accuser d'exploiter le peuple et de donner des salaires de misère...

Travaillez pour une industrie « sale », comme les mines ou le pétrole, on vous accusera de détruire l'environnement pour votre profit personnel.

Réussissez, faites de l'argent, et là vous commettrez le péché suprême, et vite seront les gauchistes socialistes étatistes pour vous traiter de voleur et faire en sorte de vous prendre le plus d'argent que possible au nom du bien-être de tous et de toutes.

Avant de blâmer les capitalistes étrangers, nos politiciens et nos entrepreneurs pour les maux qui nous touchent, nous avons sérieusement intérêt à revoir notre manière de percevoir la vie au Québec, et nous demander aussi si nous ne laissons pas trop les coudées franches à la gauche québécoise.

C'est en lisant sur une anecdote qui s'est produite dans le courant de la semaine que m'est venue l'inspiration pour ce billet.

Source : Antagoniste.net
Luc Paquet est le président de Fordia, une compagnie québécoise qui emploie 304 personnes et qui distribue dans 34 pays des outils diamantés servant notamment dans l'industrie du forage. Jeudi dernier, à Montréal, il a lancé une mautadite de belle craque à Paulien Marois, alors qu'elle lui tendait un prix lors de la cérémonie de remise des Grand prix québécois de la qualité :

«J'ai trois péchés, a-t-il lancé devant la première ministre. Je suis manufacturier, je dessers l'industrie des mines et je fais de l'argent.»

Luc Paquet a ensuite ajouté :

« Je sais que vous allez me guérir de mon troisième péché. »

Monsieur Paquet a alors incité Pauline Marois et le gouvernement péquiste à adopter un slogan du Mouvement québécois de la qualité, organisateur du concours : « Bien faire du premier coup et à tout coup. »

Le PDG de Fordia a également agrafé une épinglette à l'image de Fordia sur le veston de la première ministre tout en souriant et en précisant qu'elle ne pouvait pas le placer sur son coquelicot. On sait que la semaine dernière, Pauline Marois a placé une épinglette de fleur de lys sur le coquelicot du jour du Souvenir.

Vous aurez plus de détails sur Fordia et sur la remise du prix en suivant deux liens que vous retrouverez plus bas.

Je conclue ce billet en me rappelant ce que j'ai entendu un jour au sujet des Québécois, en comparaison avec la mentalité des gens aux USA...

Si tu réussis en affaires et que tu as de l'argent pour t'acheter une Cadillac, ne la stationne pas devant ton usine, cache-la plutôt à l'arrière, car on va te reprocher ton succès. Aux USA, le proprio la stationnerait à l'avant et les gens le féliciteraient pour sa réussite...

Si tu réussis au Québec, il y aura plein de gens pour vouloir une part de ton gâteau, des gens qui préféreront couper une part du tien au lieu de collaborer à ton succès pour en faire un plus gros, alors que c'est tout le contraire aux USA.

Je sais qu'il y a un peu de caricatural dans ces exemples, et ils ne faut pas systématiquement les prendre au pied de la lettre, mais ça nous donne quand même un aperçu de ce qui empoisonne la réussite au Québec, enfin, c'est ce que je crois.


Pour plus de détails :

3 commentaires:

  1. Bonjour M. Beaulieu,

    Voulez-vous vraiment savoir pourquoi y'a rien qui fonctionne ici? Selon moi, quand on se lève le matin, qu'on se dit qu'on est ''nés pour un p'tit pain'', pis que ''y'a rien qui fonctionne ici'', c'est exactement là que se trouve : c'est tellement facile de passer sa vie entière à attendre que le destin ou que quelqu'un d'autre choisisse pour nous.
    J'vais devoir concéder le fait que dans la péninsule Gaspésienne, c'est difficile d'attirer la construction d'usines ou d'industries en raison des coûts de transport. Donc, il nous reste l'agro-alimentaire, le bois, le tourisme, la pêche... C'est pas évident...j'le sais, je passe plus d'un mois par année dans la Baie des Chaleurs. Ce M. Paquet dont vous semblez louanger toutes les paroles, la compagnie dont il est le président, où pensez-vous qu'est située son usine? En région ou à Montréal?

    Je travaille dans une entreprise Québécoise qui emploie près de 300 personnes à Montréal. Je vis bien et je suis heureux, j'suis dans la classe moyenne, pis avec des heures supp., j'vis très heureux avec c'que j'ai, pis j'vois pas pourquoi j'reprocherais au vendeur d'arriver des fois avec sa Porsche : ça fait 7 ans qu'il assure ma job.
    Quand je lis vos propos d'hier, j'me demande vraiment pourquoi tant d'énergie est dépensée à s'auto-proclâmer ''né pour un petit pain''. Commencez par être un tant soit peu entreprenant et positif si vous voulez plus de pain...

    Savez-vous pourquoi les gens qui réussissent financièrement au Québec sont parfois mal vus, comme vous le dîtes?
    Probablement parce que les individus capitalistes qui sont à la tête des entreprises d'ici se sont trop longtemps servis des paradis fiscaux et des crédits d'impôts, qu'à peine une infime partie de leurs profits est redistribuée dans la population, population signifiant ici TOUS les individus, même les riches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mon cher je m'insurge contre le pétrole et les mines, et pour cause... Même ici à Montréal, je me bats contre les forages dans votre secteur, Monsieur... C'est aberrant que vous ne vous insurgiez pas contre ces futures fuites à perpétuité dans l'atmosphère ET dans votre eau potable... J'aimerais ben ça vous voir devant une classe de maternelle complète, en regardant les kids dans les yeux pis dire : ''oui, je suis en faveur de la fracturation hydraulique''
      Vous accusez les gens de gauche de tous les maux de la Terre, mais le foutu capitalisme que vous louangez gruge jour après jour nos ressources naturelles ***NON RENOUVELABLES*** et les profits s'en vont tous dans les poches de quelques multi-milliardaires étrangers. Pis vous pensez vraiment que quand ils seront partis avec tout le cuivre, tout le fer, le nickel, les diamants, tout notre or, (la ville de Val-d'Or, va devenir juste 'val d' '')vous pensez qu'ils vont tout nettoyer leur bordel, qu'ils vont avoir replanter tous les arbres qu'ils auront coupés et qu'il n'y aura plus aucune trace des produits toxiques qu'ils auront déversés partout?
      C'est vrai, la gauche a l'air de fait peur à tout le monde, on craint le communisme et les autres vilains méchants loups qui se cachent dans la gauche.
      Mais j'suis complètement incapable de comprendre comment on peut défendre le capitalisme quand on est autre chose que l'patron d'la shop.

      Si, au lieu d'augmenter les frais de scolarité, on essayait de développer une culture du succès dans le système scolaire québécois, plutôt que de réduire les heures d'éducation physique au primaire pis d'obliger les universitaires à travailler 40 hres semaine en plus de l'école, peut-être qu'on aurait moins de pessimisme dans l'air ambient.
      Je termine avec mon point le plus important : nous sommes 8 milliards d'humains sur la Terre. Si nous étions 8 milliards à consommer comme un canadien moyen, l'humanité disparaîtrait d'ici moins de 100 ans...
      Pensez-y

      Steve

      Supprimer
  2. Ce capitalisme que vous dénoncez si bien n'est pas parfait, j'en conviens, mais il est ce qu'il y a de moins pire et il a permis des innovations et des avancées de l'humanité plus que tout autre système.

    Il y a eu dans une contrée appelée URSS des gens idéalistes comme vous qui ont voulu changer la face du monde. Vous avez comme moi vu ce qu'il en a résulté...

    RépondreSupprimer