vendredi 7 septembre 2012

Sujets du 7 septembre 2012


Proverbe/citation du jour
«L'important quand on aime, c'est de saisir la fragilité des choses.» -Clément Gaumont


Gouvernement minoritaire
Les récentes élections mènent au pouvoir un gouvernement minoritaire au Québec. C'est un fait rare, car cela ne s'est produit qu'à deux reprises dans le passé, en 1878 et en 2007.

Lorsqu'aucun parti n'a une majorité en chambre, c'est habituellement le parti minoritaire comptant le plus de députés qui dirige le gouvernement en tentant de garder la confiance de la Chambre. Toutefois, il demeure possible pour les partis ayant obtenu moins de siège de former une coalition et de demander au lieutenant-gouverneur de former le gouvernement, à la condition qu'ils cumulent plus de sièges que leur adversaire. Autrement dit, si le PLQ et la CAQ s'alliaient, ils pourraient dès maintenant former un gouvernement au détriment du PQ.

Aussi, si un gouvernement minoritaire perd la confiance de la Chambre s'il subit la défaite sur un vote crucial, le lieutenant-gouverneur a deux options , soit de déclencher de nouvelles élections ou bien de demander aux autres partis s'ils peuvent s'entendre afin de former un nouveau gouvernement.

Tout cela veut dire que le PQ doit « marcher les fesses serrées » s'il veut se maintenir au pouvoir. Nous pouvons supposer, avec la démission de Jean Charest, que le PLQ ne se pressera pas de déclencher de nouvelles élections en s'alliant à la CAQ. Une course à la chefferie au Parti libéral et une « préparation du terrain » dans le but de discréditer le PQ sont à prévoir. Combien de temps faudra-t-il pour se faire? J'estime que cela pourrait tout au plus prendre de 12 à 18 mois. L'avenir nous le dira bien!



La SSJB, Mario Beaulieu et les médias anglophones
Je lis ce matin un article de Pierre-André Normandin de La Presse dans lequel on mentionne que la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal accuse les médias anglophones d'avoir instauré un climat de peur «déclencheur» de l'attentat contre le rassemblement du Parti québécois mardi soir.
Il est écrit : «L'attentat politique survenu au rassemblement du Parti Québécois le 4 septembre dernier est un acte isolé de folie, mais il a eu néanmoins un déclencheur socio-politique.»

Le président de la SSJB. Mario Beaulieu, a déclaré en entrevue que les médias anglophones «doivent porter la responsabilité de ce climat de peur qui est propice à l'arrivée de ces gens là», en référence au tireur, Richard Henry Bain, responsable de la fusillade qui a provoqué la mort d'une personne le soir de la victoire du PQ.

Les médias anglophones incitent la peur et provoquent de la violence? Et bien! Ce même Mario Beaulieu (aucun lien de parenté avec moi soit dit en passant), que pense-t-il des médias francophones qui ont présenté des nouvelles dans lesquelles ont pouvait voir Jean Charest et Stephen Harper pendus ou brûlés en effigie? J'aimerais bien avoir son avis sur le sujet!

Pour plus de détails :

1 commentaire:

  1. Selon moi, je me trompe peut être, Mario beaulieu délire.

    Il devrait consulter. Ça lui ferait du bien.

    Nous aussi.

    RépondreSupprimer