jeudi 20 septembre 2012

Sujets du 20 septembre 2012

Proverbe/citation du jour
"Elles croient que tous les hommes sont pareils, parce qu'elles se conduisent de la même manière avec tous les hommes." -Sacha Guitry


1000 années de guerre en cinq minutes
Combien de guerres ont secoué le monde durant la période s'étendant de l'an 1000 à 2008? Une animation que l'on retrouve sur YouTube nous permet de nous en faire une idée, avec comme trame sonore la «Chevauchée des Valkyries » de Richard Wagner :




Pour plus de détails :



L'anxiété généralisée – par Nicolas Poulin-Gagné
L’inquiétude. Est-ce que vous saviez que d’être inquiet nous aide à planifier notre avenir, nous assurer que nous nous sommes bien préparé pour un examen, à organiser nos vacances, etc.? C’est l’inquiétude qui permet de rendre notre avenir plus sécuritaire, plus organisé, moins dangereux.

Mais les gens qui sont toujours inquiets, eux?

Il en résulte de graves problèmes. Le trouble d’anxiété généralisé entraîne souvent une tension musculaire omniprésente, des variations importantes du système cardiaque («up and down»), de la fatigabilité, de l’irritabilité, etc. Comme un anxieux passe rapidement d’une crise à un autre, il est difficile pour lui de se concentrer sur quelque chose. Comprenant qu’il ne peut pas se concentrer adéquatement sur un seul élément, il devient plus stressé, diminuant ainsi sa capacité de se concentrer. Joli cercle vicieux, n’est-ce pas?

Il s’agit du problème d’environ 4% de la population, dont les deux tiers sont des femmes.

On parle dans la littérature scientifique d’une vulnérabilité génétique pouvant causer l’éclosion de ce trouble. Laissez-moi toutefois donner mon avis sur cette affirmation : la génétique ne peut pas être tenue comme la cause principale. Il s’agit d’un beau mélange entre la biologie et l’environnement. Si vous grandissez dans un environnement surprotecteur, avec des «parents poules», vous risquez d’être complètement déboussolés lorsque vous arriverez dans le monde des adultes. La plus grande cause du stress est l’inconnu; ou devrais-je dire la peur de l’inconnu. En tant qu’enfant et adolescent, si vous n’avez jamais eu peur de l’inconnu (vous ne vous êtes jamais confrontés à l’inconnu), vous développerez un stress incomparable. Prenons, par exemple, l’école.

Vos parents vous ont toujours obligés au secondaire à faire vos devoirs en arrivant le soir. Vous avez toujours eu une moyenne cumulative au-dessus des 90, vous qui étiez dans les meilleurs de l’école. Vous êtes entrez au cégep, et là, pensant que vous étiez assez autonomes, vos parents ne vous obligent plus. Vous continuez, par habitude, à faire vos devoirs tous les soirs. Mais, à un moment donné, vous n’en faites pas un soir; puis un deuxième, puis un troisième. Mais vous continuez à avoir de bons résultats! Puis, l’université arrive. Vous continuez votre méthode d’étude où l’obligation de faire des devoirs tous les soirs n’est plus; mais à votre premier examen universitaire, vous échouez. Pensant que c’est simplement une mauvaise fois, vous étudiez un peu plus pour le prochain, mais en ne revenant jamais à la méthode enseignée par vos parents. Vous passez le prochain examen, mais avec une note très faible. Pour la première fois de votre vie, vous êtes confrontés à des problèmes académiques.

Et c’est là que tout entre en jeu. Si tout votre monde social se résume à la protection, et qu’en plus, vous avez une vulnérabilité génétique par rapport à l’anxiété, vous avez des chances de développer un trouble anxieux. Car vous avez maintenant peur. Peur de l’inconnu, qui sont les examens de plus en plus difficiles.

C’est très caricatural comme exemple, j’en conviens. Les causes et traitements des troubles anxieux sont beaucoup plus nombreux et complexes. Reste que le trouble d’anxiété généralisé est un problème qui peut se propager dans toutes les sphères de la vie. C’est une suite d’événements, qui peuvent n’avoir aucun lien entre eux, qui peuvent en être la cause. Et, par la suite, le traitement d’un trouble anxieux est loin d’être facile.

Est-ce que le stress, l’anxiété et l’inquiétude sont donc mauvais? Au contraire. Plusieurs études démontrent qu’un niveau de stress léger à modéré sont mêmes à promouvoir. La performance intellectuelle et physique sont accrues lorsque le stress est présent. Être trop stressé, ou ne pas l’être assez, n’aide pas à mieux performer. Lors d’un examen, lors d’un exposé oral, lors d’une compétition sportive, lors d’un combat de génie en herbe, il faut être stressé; pas trop, juste assez.

Sur ce, on reconnecte la semaine prochaine!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire