mardi 18 septembre 2012

Sujet du 18 septembre 2012

-->
Proverbe/citation du jour
"C'est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble." -Montaigne


Un port d'arme pour femmes en danger?
Lundi matin, à Rimouski, Paul Joyce, l'homme de 49 ans accusé d'avoir assassiné son ex-conjointe, Martine Giguère, 42 ans, le 4 août dernier, a comparu au palais de justice de l'endroit. Dû à un changement d'avocat, sa comparution a été reportée au 27 septembre prochain.

Source : http://fr.123rf.com
C'est au début du mois d'août dernier que le drame s'est produit sur la rue Rouleau, à Rimouski. Paul Joyce a défoncé la porte de la résidence de Martine Giguère avant de tuer la femme sans défense à l'aide d'une arme blanche, en présence des deux enfants du couple, respectivement âgés de 12 et de 17 ans.

Avant le tragique incident, Martine Giguère est entrée à plusieurs reprises en communication avec la police pour faire part de ses craintes à l'endroit de son ex-conjoint, ce qui a poussé des groupes de défense des femmes victimes de violence à dénoncer le manque de ressources pour venir en aide aux femmes en danger.

Alors que des responsables de foyers pour femmes victimes de violence souhaitent un resserrement du contrôle des armes à feu au Québec, plus de budget pour leurs centres, une législation plus sévère envers les hommes violents et une intervention plus rapide de la police, une autre solution n'est pas évoquée : qu'en est-il de la possibilité de fournir aux femmes en danger la possibilité de se défendre elles-mêmes avec une arme à feu?

Le 4 janvier dernier, dans un billet, nous avons rapporté l'histoire de Sarah McKinley, une jeune veuve mère d'un enfant de trois mois habitant l'Oklahoma, qui s'est défendue d'un assaut de deux hommes, dont un armé d'un couteau (comme c'était le cas avec Paul Joyce) en abattant l'un des intrus d'une décharge d'un fusil de calibre .12. Ce sont les services d'urgence avec lesquels elle était en contact via le 911 qui lui de faire le nécessaire pour de défendre, car la police n'arriverait pas assez vite sur les lieux. Retenez qu'aucun poursuite n'a été intentée contre la dame car elle a agit en état de légitime défense.

Que ce serait-il passé si Sarah McKinley avait habité au Québec au lieu de l'Oklahoma? Si Martine Giguère avait disposé d'une arme, croyez-vous que Paul Joyce l'aurait tuée si aisément?

Ce triste incident devrait amener les responsables des groupes de défense des femmes à reconsidérer leurs positions et à envisager d'offrir la possibilité aux femmes d'avoir à leur disposition des moyens de défense plus efficaces, si celles-ci se sentent suffisamment à l'aise pour les employer non?

Pour plus de détails :

4 commentaires:

  1. Plus d'armes disponibles = plus d'oportunité de meurtre. Qu'en est-il de la prévention... Je connais Paul Joyce et, lui aussi est une victime. Il est en détresse depuis 5 ans, il a chercher de l'aide mais personne n'a pu l'aider. Il a vu un psychiatre qui lui a dit ''mais non, tu n'est pas en dépression'' tout en lui donnant des anti-dépresseurs. Ces anti-dépresseurs étaient inutiles puisqu'il est, en réalité, bipolaire. Imaginer, Mai 2007, Paul apprend que son père a le cancer, 1 mois plus tard son père meurt, 1 mois plus tard son beau-frère préféré meurt soudainement d'une crise cardiaque, 1 mois plus tard sa mère meurt subitement d'un anévrisme au cerveau, 1 mois plus tard il perd son emploi parce que là ou il travaillait, cela a passé au feu. Peu de temps après, Paul se sépare de sa femme pour la première fois après plus de 10 ans de mariage. N'importe qui aurait de la difficulté a passé au travers autant d'événement en quelques mois. Imaginer qu'en plus, vous êtes bipolaire non diagnostiquer... Ce que Paul a fait est impardonnable mais, il n'avait pas l'aide dont il avait besoin pour ne pas perdre la tête. Ou est l'aide pour les hommes en détresse? Si ces hommes avait l'aide nécessaire, beaucoups de drame comme celui-là serait éviter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paul Joyce est mon aniien voisin a Sherbrooke. Il m'a fait des menaces et des méfaits. Il a ete accusé et condamné reenment en octobre. Martine avais peur de lui cest sur. Ses enfants habitent chez leur tante et se font maintenant appele Giguere au lieu de Joyce.......

      Supprimer
  2. Il n'avait qu'à se suicider au lieu de tuer son ex-femme, ce n'est quand même pas elle qui est responsable de tout ses malheurs...

    RépondreSupprimer
  3. Ho...ho..., holà P.A.

    Là, là tu vas un peu trop loin. Le Québec n'est pas le Far West Américain... avec ses armes à feu !

    Je suis POUR la légitime défense, mais pas en multipliant les armes à feu.

    Nous avons eu notre lot de drames avec armes.

    Et si on rendait les politiciens et les policiers responsables et imputables de la sécurité des citoyens, les programmes et le temps de réponse aux intimidés seraient sûrement améliorés et performants.

    Trouvons d'autres solutions que des armes...

    RépondreSupprimer