mercredi 29 août 2012

Sujets du 29 août 2012


Proverbe/citation du jour
«Tout le monde a son grain de folie, sauf vous et moi, et parfois je me demande si vous ne l'avez pas vous aussi.» -Th. Fuller


Choisir son chum ou sa blonde via la génétique
Divers critères entrent en ligne de compte dans le choix d'un ou d'une partenaire. L'apparence y est pour quelque chose, la capacité financière de la personne aussi, tandis que d'autres facteurs, comme le signe astrologique, peuvent être pris en considération. Que dire de la possibilité de choisir en fonction de la compatibilité génétique entre nous et l'autre personne?

Le coût d'une analyse de l'ADN, qui s'élevait il y a une décennie à peine à 1 000 000$, a baissé de nos jours aux environs de 4000$. Nous pouvons nous attendre à ce que le prix baisse encore, au point où nous pourrons peut-être passer un test pour le prix d'un café ou d'un journal dans un avenir rapproché.

Le professeur Armand Leroi, de l'Imperial College de Londres, croit pour sa part que nous nous orientons peut-être vers une société où la supériorité d'un individu reposera sur son code génétique. Cela veut dire que par exemple, pour nous assurer d'avoir une progéniture en santé, nous pourrions demander d'avoir accès au code génétique de notre partenaire pour nous assurer de maximiser les chances que nos enfants n'aient pas de «défauts». Un partenaire potentiel qui aurait attiré notre attention dans le passé pour sa beauté pourrait demain être rejeté parce que nous découvrons que son ADN indique un risque élevé de développer une maladie mentale, des difficultés cardiaques, un cancer ou bien la calvitie par exemple!

La tendance existe déjà : chaque année, des milliers de fœtus victimes du syndrome de Down ou d'autres maladies détectables font l'objet d'avortements.

Imaginez maintenant ce qu'une précision accrue des moyens dont nous disposons peut signifier, dans une société où la beauté et l'intelligence passent avant tout. Phillippa Taylor, du Christian Medical Fellowship, croit plutôt que nous devons orienter nos efforts en génétique non pas dans la sélection des personnes les plus « parfaites », mais bien dans le traitement de celles dont le code génétique l'est moins .


Pour plus de détails :




La partialité de Radio-Canada
Jusqu'à quel point la couverture médiatique accordée à un chef ou à un parti politique peut-elle avoir une influence sur le vote des citoyens le jour du scrutin?


Antagoniste.net propose un tableau où on indique comment se réparti le temps d’antennes des chefs sur les grands réseaux de télévision durant la période allant du 1er au 24 août 2012. Notez que Radio-Canada apparaît en rouge :



Vous pouvez remarquer que la société d'état donne un temps nettement disproportionné à Pauline Marois par rapport à Jean Charest ou François Legault. D'ailleurs, Québec solidaire reçoit une couverture moyenne similaire à celle de la Coalition avenir Québec, et ce avec l'argent des taxes et impôts des contribuables.

Vous rappelez-vous de la campagne de 2011, durant laquelle Jack Layton a été invité à «Tout le monde en parle» et de la vague de popularité dont il a fait l'objet par la suite, popularité qui a certainement eu une influence au Québec avec la fameuse «Vague orange»???

Pour plus de détails :

1 commentaire:

  1. Permettez-moi de remettre en doute ces chiffres. D'ailleurs, si vous remarquez, on accorde supposément plus de temps d'antenne à Charest que Marois à TVA, ce que je ne remarque pas du tout. Il me semble que la campagne de Charest est plus sobre que celles des autres, tout simplement.

    En ce qui a trait à la vague orange, laissez-moi vous rappeler que tous les chefs ont été invités à TLMEP. Allez-vous reprocher à M. Layton d'avoir été plus charismatique qu'Ignatieff ou Harper qui a refusé les invitations?

    Éric C.
    Rimouski

    RépondreSupprimer