dimanche 26 août 2012

Sujets du 26 août 2012

Proverbe/citation du jour
«L'imagination qui fait naître les illusions est comme les rosiers qui produisent des roses dans toutes les saisons.» -Chamfort


Perturbations informatiques
Un horaire fort chargé de même que des difficultés au niveau informatique risquent de perturber les activités du Blog de P.A. Au cours des jours à venir. Il se pourrait conséquemment que la mise à jour habituellement quotidienne des billets en soit affectée.

Je suis désolé de ces contretemps et je vous remercie pour votre patience et votre compréhension.

Neil Armstrong


Neil Armstrong et les sciences
Le décès de Neil Armstrong, le premier homme à marcher sur la Lune, samedi, me rappelle mon enfance. Bien que je sois né en 1971, Près de deux ans après cet événement historique, et que je n'ai appris à lire qu'en 1977, l'exploration spatiale m'a toujours fasciné, aussi loin que je peux me rappeler en arrière. Mes parents m'avaient acheté avant même ma naissance quelques encyclopédies, et la partie de celles-ci consacrée aux exploits de non seulement Neil Armstrong, mais aussi de Chuck Yeager, le premier homme à passer le mur du son, ou de Werner von Braun, ont des pages plus usées que tout le reste. Fouillez pourquoi!

Alors que la plupart des petits gars du voisinage rêvaient d'être Guy Lafleur ou Steve Shut, je voulais être un astronaute ou un pilote d'essai. Mes parents, remarquez que je ne les blâme pas du tout pour cela, voulaient plutôt m'inciter à jouer au hockey (ce que je détestais) et ma mère m'obligé, Ô sainte horreur, à pratiquer le patinage artistique durant deux ans...

À l'école, les activités à caractère scientifique étaient rares. J'aurais bien aimé que mes enseignantes m'en apprennent plus sur l'électricité ou l'électronique par exemple, mais celles-ci ne couvraient que très sommairement ces sujets dans les cours du primaire. Idem au secondaire. Nous avions bien des cours sur le sujet mais jamais rien en plus pour nous inciter à pousser plus loin dans ces domaines.

Durant mes dix années comme prof, bien que j'étais formé en enseignement du français au secondaire et que mes divers contrats ne comportaient que très peu de cours à caractère scientifique, je me suis toujours fait un devoir, quand cela était possible, d'offrir aux jeunes intéressés par les sciences des possibilités de découvertes.

C'est ainsi par exemple que j'ai créé à Wemindji un club de lancement de fusées miniatures en 1997. J'ai poursuivi dans la même veine dans quelques écoles, notamment dans la région de Sept-Iles et à Betsiamites.

Aussi, j'ai souvent amené dans mes classes des ensembles de montages électroniques du style «75 en 1» ou «200 en 1» que je laissais à la disposition des étudiants qui avaient fini avant les autres, ou bien pour qu'ils s'amusent après les classes à créer des émetteurs radios ou des systèmes d'alarme.

En récupérant de vieux ordinateurs, certains d'entre eux considérés comme étant « scraps », j'ai aidé des jeunes à rebâtir des machines et certaines ont même été remises en service dans des classes.

Peut-être qu'en agissant ainsi, j'ai stimulé des jeunes et je les ai aidé à développer le goût des sciences, au point de peut-être les inciter à étudier dans le domaine.

Ce que je trouve dommage, c'est qu'au lieu de m'encourager à poursuivre de telles activités, certains membres du personnel de diverses écoles ont plutôt cherché à me mettre des bâtons dans les roues, allant par exemple se plaindre du « risque d'explosion » de mes fusées (qui ne comportaient justement aucune partie explosive ou inflammable, puisque je gardais les moteurs loin des enfants) ou bien pour dire que je « volais la job » d'autres personnes en réparant des ordinateurs, si ce n'était pas simplement de me blâmer de demeurer à l'école suite à la fin des cours avec des jeunes pour pratiquer ces activités.

Pour en revenir à Neil Armstrong, c'est un peu grâce à lui que j'ai aimé les sciences. Ce texte a pour but de lui rendre hommage d'une manière spéciale, mais aussi de vous sensibiliser tous au fait que nous avons tout intérêt à offrir plus aux jeunes qui s'intéressent à autre chose que les sports ou les arts en milieu scolaire. Les parents qui découvrent que leurs enfants aiment le côté scientifique de la vie doivent les encourager dans cette voie, tandis que nos écoles doivent aussi en faire plus pour encourager les générations futures à découvrir les rouages de l'univers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire